MDR -Menteuse Drôlement Raleuse (Kody Keplinger)

MDR-Menteuse-Drolement-Raleuse

 

Résumé de l’éditeur:

Sonny s’est toujours sortie de toutes les situations en mentant. Cela ne lui a jamais demandé beaucoup d’efforts : c’est un talent inné chez elle. Mais exceller dans l’art du mensonge peut devenir très compliqué quand il s’agit de dire la vérité, rien que la vérité. Comment avouer à Ryder, le garçon qui lui plaît, qu’elle se fait passer pour Amy, sa meilleure amie, depuis le début de leur discussion sur Internet ? Et comment dire à Amy qu’elle n’a toujours rien révélé de la supercherie à Ryder ? Elle devra vite trouver une solution, sous peine de finir par les perdre tous les deux…

 

Mon avis:

Après avoir vu et beaucoup aimé l’adaptation de The Duff, je suis tombée sur ce deuxième tome que j’ai eu beaucoup envie de découvrir.

logo_309658-500x795

La suite est vraiment sympa même si elle ne vaut pas le premier. On y retrouve avec plaisir Wes et Bianca. On y découvre la sœur de Wes, Amy et sa meilleure amie, Sonny qui utilise le mensonge pour régenter toute sa vie et celles des autres. Ce qui évidemment, ne va pas se révéler très judicieux. Ce deuxième tome n’est pas aussi drôle que le premier, mais il se suit avec plaisir. Les aspects dramatiques donnent d’ailleurs plus d’ampleur au personnage de Sonny. On a vraiment envie de savoir comment elle va se dépêtrer de tous ses mensonges et comment va réagir Ryder face à tout cela. Je regrette que la fin soit également un peu bâclée et que le personnage d’Amy soit un peu trop effacé à mon goût. Il n’en reste pas moins que cela reste une lecture simple et addictive.

Jamestown ( saison 1)

jamestown-serie-anglaise-sky

 

Résumé:

En 1617, un groupe de jeunes femmes anglaises quittent l’Angleterre pour le Nouveau-Monde.

 

Mon avis:

Cette série britannique, réalisée par les créateurs de Downton Abbey, se révèle être totalement différente. En effet, si vous aimez Downton Abbey, vous n’allez pas forcément accrocher à celle-ci. Seul le générique présente dans sa forme des similitudes et les femmes ont ici aussi un caractère bien trempé. Mais toute comparaison s’arrête là. J’avoue que je n’ai pas du tout accroché au premier épisode, bien trop prévisible et niait à mon goût, mais j’ai fini par me prendre dans la série. Certes, elle n’est pas exceptionnelle, surtout lors de moment vraiment très kitch (notamment la relation entre Joselyn et le docteur ou entre Alice et Silas), mais on finit par se prendre à l’histoire et aux diverses intrigues. Je n’accroche pas au caractère de la plupart des personnages, mais ça aussi été longtemps le cas dans Downton Abbey, donc je ne formalise pas vraiment sur cet aspect. Certains paysages sont très beaux. J’aime beaucoup les costumes, notamment ceux de Joselyn, même si je sais qu’ils ne sont pas forcément en adéquation avec l’époque. Donc une première saison pas exceptionnel, mais qui se suit quand même avec plaisir. Une deuxième saison a déjà été annoncée. J’espère donc qu’elle comblera les défauts de la première.

 

00_029_jamestown_s01-1

IZombie (Saison 3)

C7YtPooVwAINVSX

 

Mon avis :

Je ne regarde pas beaucoup de séries/films de science fictions, mais Izombie fait partie des séries que j’apprécie vraiment de regarder notamment pour le fait que le côté zombie soit tourné de manière assez comique et qu’il n’y ait rien de vraiment dégueu à voir à l’écran au contraire de séries de type The Walking Dead que je ne regarderai jamais. J’apprécie également beaucoup la forte relation d’amitié entre Liv et Ravi.

La fin de la saison 2, nous ayant laissé sur une grande débâcle, nous conduit progressivement, dans cette nouvelle saison, à la découverte de l’existence des zombies aux yeux du monde et aux divers conflits qui sont susceptibles d’être engendrés. Le choix du clan de chacun est au centre de cette nouvelle saison. J’apprécie vraiment qu’une plus grande place soit accordée aux évolutions des personnages, plutôt qu’aux enquêtes policières qui étaient vraiment prédominantes dans les deux premières saisons. Les changements de personnalités de Liv sont encore très drôles, bien que cela lui porte plus préjudice dans cette saison. Rose McIver est vraiment très douée. Il y a toujours des longueurs, mais les éléments d’action sont bien dosés et annonce une prochaine saison très intéressante, notamment par rapport au choix de Ravi.

L’amie prodigieuse, tome 1: Enfance, adolescence (Elena Ferrante)

l-amie-prodigieuse-9782070466122_0

 

Résumé de l’éditeur:

« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance: elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout: et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile. »
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise.
Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.
Formidable voyage dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

 

Mon avis:

J’ai beaucoup entendu parler de cette série et de son auteur. J’ai donc décidé de lire le premier tome pour me faire une idée. La base de l’histoire est intéressante puisque l’on y retrouve une forte amitié qui se développe malgré des différences de caractère, ainsi que d’évolution des personnages. L’une de fonctionne pas sans l’autre et inversement. Cette amitié est à l’image d’une balance. Quand l’une réussi l’autre échoue, mais elles continuent à se soutenir mutuellement malgré des épisodes de jalousie.

Je ne connaissais pas l’histoire de l’Italie et plus précisément de Naples à cette époque. Cela m’a donc permis de me faire une idée et de voir la violence qui y régnait.

Au-delà de ces aspects, je n’ai pas vraiment cet ouvrage comme la plupart des avis que j’ai pu voir et entendre. A part au début du roman, je me suis assez ennuyée. Je n’ai pas du tout accroché au caractère des personnages et j’ai eu du mal à comprendre certaines de leurs actions/réactions. Je n’ai pas non plus apprécié cet aspect de huit-clos tout au long de l’histoire. J’aurai aimé savoir ce qu’il se passait autour dans la ville pour mieux comprendre l’Histoire de la ville. Je ne pense donc pas que je lirai la suite.

Coup de foudre à Manhattan (tome 2): Rendez-vous à Central Park (Sarah Morgan)

 

9782280364386.jpg

 

Résumé de l’éditeur:

Si c’est l’amour inconditionnel que tu cherches, adopte un chien.

Depuis le désastreux divorce de ses parents, Frankie a un avis arrêté sur l’amour : ce n’est pas pour elle. La vie qu’elle s’est construite à New York, entre son passionnant métier de botaniste et son indéfectible groupe d’amis, lui convient parfaitement. Et si Matt, le frère aîné de sa meilleure amie, est le portrait-robot de l’homme idéal – célibataire, fiable et furieusement sexy –, elle se contente très bien de leur relation platonique. Mais, quand ce dernier décide de briser ce fragile équilibre en lui proposant un rendez-vous, Frankie sait qu’elle a un choix à faire : affronter ses peurs ou laisser l’homme parfait sortir de sa vie.

 

Mon avis:

Il est vraiment rare que j’accroche autant à un deuxième tome qu’au premier. Mais ce fut le cas ici. Impossible de lâcher de le livre du début à la fin. Cette romance est vraiment très plaisante. Les deux héros sont très attachants. L’évolution de Frankie est très intéressante dans sa prise de confiance grâce à Matt. Son hobby et ses connaissances pour les plantes change assez des métiers que l’on retrouve habituellement dans les romances. J’ai bien aimé le chat de Matt qui est le reflet du caractère de Frankie.

La tonalité un peu plus dramatique que dans le premier tome permet de mieux mettre en avant le caractère des personnages.

L’auteur a bien fait de nous faire quitter un moment New York pour Puffin Island, cette très belle île, qui nous donne vraiment un sentiment d’évasion et qui est aussi un élément important de changement de l’histoire, surtout de Frankie.

J’ai également apprécié de retrouver les personnages du premier tome qui participent toujours activement à l’histoire, ainsi que les citations très drôles en début de chapitres.

La romance pour le troisième tome y est légèrement ébauchée et me semble tout à fait tentante. Rendez-vous en novembre pour le dernier tome sous les couleurs des fêtes de Noël.

The Circle

share

 

Résumé:

Les États-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c’est une opportunité en or ! Tandis qu’elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l’entreprise, Eamon Bailey, l’encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l’éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l’avenir de ses amis, de ses proches et de l’humanité tout entière…

 

Mon avis:

Il est vrai que j’ai surtout assisté à l’avant-première essentiellement pour pouvoir voir Emma, mais le film me semblait aussi intéressant. Il est vrai que le sujet de base qui montre les dérives des nouvelles technologies, des réseaux sociaux et leur usage par rapport à la vie privée reflète assez bien ce qu’il se passe en ce moment et ce qu’il pourrait en advenir. Cependant, je pense que ce sujet est assez mal traité. D’une part, avec la longueur du film trop excessive. D’autre part, à cause du point de vue choisi. En effet, le réalisateur a voulu ne pas prendre position et montrer uniquement un certain impact envisagé des nouvelles technologies, impact, qui je trouve n’est pas assez approfondit. Il n’y pas de remise en question. On le voit avec le personnage incarné par Emma Watson qui reste passive pratiquement tout au long du film. Les autres personnages non plus ne remettent pas vraiment en question ces dérive ou bien, ils sont simplement éloignés du centre de la scène. La fin du film, sans la révélée est assez décevante, à l’image du reste de l’histoire. Même le suspens est rarement au rendez-vous.

Un film qui n’est pas donc mémorable. Je dirai à voir seulement pour ces très bon acteurs à l’instar d’Emma Watson et de Tom Hank. J’ai également été ravie de voir Karen Gillan dans un registre très différent de Doctor Who et Selfie. J’adore toujours autant son accent écossais. Dans la même veine de films j’ai préféré Snowden, même si je l’avais également trouvé un peu long.

Never forget (Monica Murphy)

51NjjcoBL3L._SX195_

 

Résumé de l’éditeur:

Mensonges. Trahison. Secrets. Amour. L’entrée fracassante d’une grande voix de la romance contemporaine dans l’univers sombre et bouleversant de la dark romance.

Entre la victime et le fils du bourreau: l’histoire d’amour la plus interdite qui soit.
Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.
Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais ?

 

Mon avis:

J’ai lu tous les livres de Monica Murphy que j’ai beaucoup aimé. Je n’ai donc pas hésité à me plonger dans sa nouvelle série. Bien que je ne pense pas qu’il soit plus ou moins « dark » que ces autres romans qui abordent chacun des sujets actuels assez dramatiques dont le viol mêlé de romances, j’ai tout autant accroché. L’histoire est haletante et poignante.

La psychologie des personnages est bien explorée, malgré quelques passages assez répétitifs. L’évolution de Katie est très intéressante à suivre. Le format du roman alliant passé et présent permet justement de bien en saisir tous les aspects. J’apprécie encore beaucoup d’avoir le point de vu des deux personnages principaux comme dans les précédents romans de l’auteure. J’ai un peu moins accroché au personnage d’Ethanque j’ai parfois trouvé un peu trop mièvre. Mais, j’ai vraiment envie de savoir comment évolue la romance des héros dans le second tome.

Il était également intéressant de voir le rôle des médias et leur impact dans une situation aussi dramatique, ainsi que les réactions de la famille suite à ce drame.

 

Le château des Carpathes (Jules Verne)

Le-chateau-des-Carpathes

Résumé de l’éditeur:

Près du village de Werst, en Transylvanie, se dresse le château des Carpathes qui depuis le départ du dernier représentant de ses seigneurs, Rodolphe de Gortz, est complètement abandonné et fui par tous tant les rumeurs alarmantes et de folles légendes circulent à son sujet.
Un jour, une fumée est aperçue au faîte du donjon. Malgré leur peur, le jeune forestier Nic Deck et le docteur Patak partent en reconnaissance et sont victimes de phénomènes surprenants. Peu après ces événements, le comte Franz de Telek qui voyage pour oublier la mort de sa fiancée, la cantatrice Stilla, arrive à Werst. Apprenant que le château des Carpathes appartenait à celui qui l’avait maudit au moment du décès de la Stilla, il décide de s’y rendre…
Dans ce roman envoûtant, Jules Verne s’affirme comme un maître de la littérature fantastique.

 

Mon avis:

Pour cette nouvelle lecture de Jules Verne, je me suis plongée cette fois-ci dans un roman plus célèbre que mes dernières lectures. Celui-ci me tentait particulièrement car c’est un roman gothique et j’aime beaucoup ce style. Je l’ai ainsi  beaucoup apprécié car il mêle habilement culture populaire, « fantastique » et les nouvelles technologies en développement à l’époque. Il n’est évidemment pas sans rappeler les histoires du type Dracula pour le château et l’ambiance, qui sera écrite quelques années plus tard, même s’il n’est pas question ici de créature fantastique.

Comme pour les autres romans, j’ai bien été plongée dans l’histoire dont le suspens est au rendez-vous. Le style d’écriture est toujours très plaisant et l’histoire se détache assez de ce que j’ai lu jusqu’à présent, ce qui m’a permis de voir un autre aspect de son talent.

Là où tu ira j’irai (Marie Vareille)

9782863744284-001-X_0.jpeg

 

Résumé de l’éditeur:

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

 

Mon avis:

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mazarine de m’avoir fait gagner le nouvel ouvrage de Marie Vareille, auteure que j’ai eu le plaisir de rencontrer au dernier salon du livre de Paris et qui a eu la gentillesse de me dédicacer son premier livre.

Je suis une grande adepte des romans de Marie Vareille dont j’adore le style d’écriture et les différentes histoires. Je ne pouvais donc pas manquer son dernier romans.

Avec ce nouveau livre, nous changeons totalement de tonalité avec ses anciens romans adultes. En effet, la romance n’est vraiment évoquée qu’en second plan, pour laisser la place à une histoire plus complexe mêlant drame et comédie. La famille, le deuil, l’amitié, les difficultés de la vie de couple sont évoqués avec justesse et nous happent tout au long de l’histoire. On y passe donc du rire aux larmes, ce qui nous donne sans cesse envie de lire la suite des aventures rocambolesques d’Isabelle.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de la relation entre Isabelle et Nicolas qui s’entraident progressivement pour se relever de leur drames personnels. L’ensemble des personnages sont tous attachants à leur manière et l’on ne tombe jamais dans la mièvrerie.

Une mention particulière au chihuahua Woody Allen m’a beaucoup fait rire.

Je vous recommande donc vivement ce nouveau roman.

 

La ville flottante (Jules Verne)

518t7zQ7I-L

 

Résumé de l’éditeur:

Plus qu’un vaisseau, c’est une ville flottante.
Si le Great Eastem n’est pas seulement une machine nautique, si c’est un microcosme, un observateur ne s’étonnera pas d’y rencontrer tous les instincts, tous les ridicules, toutes les passions des hommes.  » Les rumeurs vont bon train quand on franchit le pont du Great Eastern : des cabines jusqu’aux cales, il est question d’inquiétantes disparitions… Un des capitaines aurait péri noyé, un passager se serait égaré dans les profondeurs du navire, un mécanicien aurait même été soudé dans la boîte à vapeur ! Hypnotisé par la démesure du bâtiment, le narrateur embarque à son bord pour une traversée qui réserve bien des surprises.

Mon avis:

J’ai une nouvelle fois choisi un roman moins connu de l’auteur et l’on se retrouve une nouvelle fois sur les mers. Je l’ai trouvé un peu moins intéressant que les autres. Il donne un aspect de déjà-vu, notamment avec Vingt mille lieues sous les mers. Au-delà des quelques événements mystérieux et légèrement fantastiques du début du roman, je trouve qu’il ne s’y passe pas grand chose. Malgré tout, l’auteur dépeint toujours très bien la société de l’époque et les divers aspects de la navigation. Son style d’écriture est toujours très plaisant.

Un livre donc pas indispensable, mais pas totalement déplaisant non plus.

Solstices (Laeticia Arnould)

004753548

 

Résumé de l’éditeur:

Gemma est l’héritière du trône d’Aroue. Elle est intelligente et dotée d’une beauté rare, insolente. Elle devrait être promise à des lendemains radieux. Oui, elle le devrait… Mais derrière son sourire d’apparat, la princesse cache un terrible secret. Une malédiction qui écrit pour elle un avenir sombre et s’éveille à chaque solstice. __
Au royaume d’Aroue, la colère monte. Profitant du soulèvement d’un peuple avide de liberté, un mouvement anti-aristocrates se met en marche et contraint la princesse Gemma à quitter le château de Montanges. Esseulée, abandonnée des siens, elle prend pleinement conscience de l’avenir qui l’attend et qui l’écœure. Non, elle ne peut pas accepter de passer le restant de sa vie dans un endroit sordide, avec pour seule compagnie celle d’un homme au physique et aux mœurs abominables. Comme les insurgés, Gemma rêve de liberté. Guidée par ce rêve, enivrée par une nuit de révoltes, elle va fuir et prendre en main son destin. La voilà prête à changer d’apparence, à se mêler au peuple, pour pouvoir espérer des jours meilleurs. La voilà prête à suivre cet étranger aux yeux couleur de pierre, qui l’agace autant qu’il l’attire…

Mon avis:

Pour ma deuxième lecture pour le Club Gloriana, j’ai choisi Solstices qui m’a tout de suite attiré par sa très belle couverte. J’ai lu ce court roman en une journée. L’histoire est vraiment prenante, avec pas mal de péripéties.
Nous avons également très envie de savoir quelle est cette mystérieuse malédiction que cache la princesse et qui se révèle assez surprenante.
Le livre reprend un certain nombre de thèmes de contes de notre enfance (Raiponce, Aladin, La Belle et la Bête…) et elle est plutôt bien construite. L’écriture est fluide. Nous rentrons donc très aisément dans l’histoire.
Les personnages sont attachants, même si Gemma a un assez mauvais caractère, notamment au début du roman, elle se révèle un esprit fort et aventureux.
J’ai bien aimé le triangle amoureux qui est développé, même si l’issue est convenue.
En somme une agréable lecture qui permet de passer un bon moment.

Victorian Fantasy: De velours et d’acier, tome 2 (Georgia Caldera)

victorian-fantasy,-tome-2---de-velours-et-d-acier-867363-264-432

Résumé de l’éditeur:

Dans les Bas-fonds de Néo-Londonia, Léopoldine se bat depuis des années pour survivre. Lorsque le groupe auquel elle appartient maltraite un enfant, elle décide de se rebeller, quitte à affronter la colère de la Guilde des Voleurs. Dorénavant, elle ne laissera plus rien ni personne lui barrer la route.

Augustin, lui, a toujours mené une existence fastueuse et insouciante, résigné à subir en parallèle l’écrasante emprise de sa mère, la Reine Victoria au règne sans fin. Mais il tombe de haut quand, pour la première fois, il refuse de se conformer à ses plans aussi tortueux que mystérieux. Car, s’il est un prince dont la fonction n’est que titre, c’est lui. Le jeune homme devra résister et fuir pour s’affranchir du joug de la souveraine et embrasser sa destinée.

Une rencontre qui pourrait bien tout bouleverser… mais la liberté ne s’obtient jamais sans sacrifice.

Mon avis:

Je vous avais parlé du premier tome de Victorian Fantasy lors de la semaine spéciale Steampunk, que j’avais adoré. J’avais donc vraiment hâte de lire ce deuxième tome. Il est rare que j’aime autant les suites des livres, mais ce fut vraiment le cas ici. Impossible de lâcher ce livre tant on est pris par le suspens et l’univers créé par Georgia Caldera, qui se révèle plus sombre que dans le premier. On retrouve avec plaisir certains personnages du premier tome et une esquisse de ceux qui apparaîtront dans les prochains, que j’ai vraiment hâte de lire.

La romance est très bien développée. Augustin se révèle totalement différent du premier tome et donc beaucoup plus appréciable. J’ai adoré l’originalité des pouvoirs/malédictions des deux héros. On retrouve bien un univers Steampunk, surtout du côté de Léopoldine. Ce nouveau livre est donc un véritable coup de cœur et je vous le recommande grandement si vous ne l’avez pas encore lu.

Toucher le ciel de Manhattan (Andrea Golden)

51LAM9IeJhL._SX195_

Résumé de l’éditeur:

Angela est une femme libre. Elle est riche, belle et brillante,et elle ne croit pas en l’amour. 

Peter est un jeune architecte espagnol bourré de talent, venu tenter sa chance à New-York: faire partie de l’équipe chargée des travaux du nouvel immeuble d’Angela représente l’aboutissement de ses rêves. Il est joli garçon et le sait bien; il n’a pas tort d’ailleurs : il est assez séduisant pour attirer l’attention de sa patronne, qui le trouve assez à son goût pour en agrémenter son bref séjour à New-York.

Lorsqu’elle disparaît sans un mot après une rencontre fugitive, Peter comprend qu’il n’a été qu’un passe-temps et il met tout en œuvre pour reprendre sa vie en main et oublier.

Mais, une nuit, un appel d’Angela vient bouleverser sa vie : elle a besoin de son aide !

Il n’hésitera pas une seconde et partira la rejoindre, sans même savoir où il va, ni pourquoi elle a besoin de lui.

C’est dans un monde radicalement opposé au cadre opulent dans lequel ils se sont rencontrés qu’ils vont se découvrir et se connaître et que leurs âmes, après de multiples vicissitudes, pourront enfin se rejoindre.

 

Mon avis:

Tout d’abord merci à la traductrice de l’ouvrage espagnol, Sophie Martin, de m’avoir permis de lire cet ouvrage.

J’avoue cependant avoir été très déçue par ma lecture. Le roman est extrêmement répétitif. En effet, on a le point de vu des deux personnages principaux et chacun reprend l’intrigue au moment où l’a démarré l’autre. Les détails sont à foison et souvent totalement inutiles. Les personnages décrivent la moindre de leurs actions.

Pour l’intrigue en elle-même, là aussi je n’y ait pas trouvé beaucoup d’intérêt. C’est du vu et revu. Ça manque de fantaisie, d’humour comme je les aime. Certes, l’héroïne à plus de personnalité que les autres filles de ce type de romans, mais cela ne m’a pas plus permis de m’y attacher. Le héro aussi est assez ennuyant. J’ai eu beaucoup de mal à avancer dans ma lecture. Bref, rien de bien palpitant.

Dix pour cent (Saison 2)

055863

 

Mon avis:

Je ne suis absolument pas fan des séries française, mais j’avais totalement craquée pour la saison 1. La bonne surprise se poursuit dans la seconde saison où on retrouve l’humour de la première. Entre amour, déchirements et de nombreux people, on suit cette saison avec entrain. J’adore le fait que la série mélange fiction et réalité.

Le nouveau membre, Hicham, apporte du peps à l’équipe. Les guests sont intéressants , notamment Julien Doré et Juliette Binoche.

Quelques longueurs, mais rien qui ne perturbe vraiment l’intrigue. Le personnage le plus intéressant est celui d’Andréa qui se retrouve ici face à de nombreuses difficultés et remises en question. J’aime aussi beaucoup l’évolution de Camille qui s’affirme d’avantage. J’avoue que Noémie commence un peu à m’agacer par son côté un peu trop déluré.

J’ai donc hâte de voir la saison 3 qui ira faire un tour à New York et donnera pour sûr, un renouveau à la série.

La prunelle de mes yeux

prunelle-de-mes-yeux

Casting: Mélanie Bernier, Bastien Bouillon, Antonin Fresson

Genre: Romance, Comédie

Résumé:

Une fille, un garçon. Elle aime la musique, lui aussi (mais pas la même). Ils se détestent, ils se croisent sans cesse. Et surtout : elle est aveugle, il voit parfaitement. Un jour, par provocation, il se fait passer pour aveugle auprès d’elle. Ce qui n’était qu’une mauvaise blague dure, l’amour arrive, la situation se complique, et la supercherie va devenir explosive. (Source: Allociné)

Mon avis:

Je suis tombée par hasard sur ce film en regardant les nouvelles sorties cinés, mais je n’ai pas eu l’occasion de le voir immédiatement. Je m’y suis intéressée à cause de Mélanie Bernier que j’avais découverte et beaucoup aimée dans Un peu, beaucoup, aveuglément. Je voulais donc savoir ce qu’elle valait dans un autre film et je n’ai pas été déçue car il y apporte là-aussi une véritable joie de vivre et de la fantaisie.

J’avoue qu’au départ le film m’a semblé très bizarre et je peux comprendre qu’il ne plaise pas à tout le monde car il est très « indé » par son aspect assez « philosophico-théâtral » auquel se mêle une musique qui rythme précisément les séquences du film. Mais on passe rapidement au-delà de ce style très théâtral pour se concentrer sur l’histoire et l’humour très présent. La romance marche très bien avec « un je t’aime, moi non plus » fragilisé toutefois par le mensonge du personnage de Bastien Bouillon. Le handicap y est bien traité et pas du tout sous un aspect tragique.

Ce film était donc une très bonne surprise et je l’ai finalement regardé avec grand plaisir.

Les Indes noires (Jules Verne)

librio227-1998

Résumé de l’éditeur:

Chaudière éventrée, pistons tordus, passerelles brisées…
Les vieilles houillères d’Aberfoyle, en Écosse, sont bien mortes. De mystérieux événements continuent pourtant de s’y dérouler… Un terrible mystère semble dissimulé au fond de la mine ! Dans l’épaisse obscurité, les galeries résonnent encore de coups de pic. Les souvenirs, sans doute ! Mais ces lueurs éphémères s’éloignant sans bruit… Les fées maléfiques des légendes écossaises ? Une voûte qui s’écroule, le lac Katrine qui se vide…
Et cette enfant terrorisée… Par quoi ? Par qui ? Pas de doute, un esprit malveillant hante les lieux ! Contre rumeurs et superstitions, James Starr, l’ancien ingénieur, viendra-t-il à bout de tous les secrets que referme la vieille mine d’Aberfoyle ?

Mon avis:

Pour cette nouvelle lecture de Jules Verne, j’ai choisi un roman beaucoup moins connu et qui se déroule en Écosse. Ce n’est donc pas sans rappeler Outlander à mon plus grand plaisir.

J’ai vraiment apprécié cet ouvrage qui mêle légendes populaires, ambiance mystérieuse avec une touche de romance, entrant ainsi parfaitement en accord avec l’esprit du pays et l’espace clos et sombre de la mine. Le fonctionnement des mines de houilles à l’époque est très bien décrit et m’en a beaucoup appris à ce sujet. Les personnages sont intéressants. Le suspens est comme d’habitude au rendez-vous. L’écriture est fluide et prenante. On ne s’ennuie pas du tout. En somme, encore une très bonne lecture.

Bates Motel (Bilan)

bates-motel-s5

 

Mon avis sur l’ensemble des saisons:

Je viens de terminer la série aujourd’hui. Je vous fourni donc mon avis tout frais. Cela faisait longtemps que je voulais regarder la série, surtout à cause de Freddie Highmore, que j’adore et que je suis depuis ses débuts. J’avais également beaucoup aimé Psychose donc cette série ne pouvais que me plaire, mais je n’ai pas eu l’occasion de commencer avant l’année dernière.

En effet, je n’ai pas été déçue. Les acteurs sont impeccables. J’ai notamment pu découvrir Vera Farmiga qui interprète magnifiquement tous les aspects de Norma. On récent parfaitement son alchimie avec Norman et le relation complexe est très bien développée. Freddie Highmore est tout aussi génial, notamment son faciès de psychopathe qui est à mille lieues de ses rôles précédents beaucoup plus sages.

J’ai rapidement enchaîné tous les épisodes. La série montant vraiment en tension au fil des saisons, on ne peut qu’être plongé complètement dedans.

La série s’éloigne progressivement du film au fil des saisons et créée son propre univers. C’est généralement assez réussi. J’ai juste eu un peu de mal avec la scène de la douche, qui, je trouve, est traitée avec un peu trop de facilités.

La fin de la série est très bien, malgré le fait qu’elle soit très différente du film. La boucle est bouclée. L’histoire se conclut logiquement et est en accord avec le début de la série.

Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne)

81Hzj8PaOtL

Résumé de l’éditeur:

Un monstre marin,  » une chose énorme « , ayant été signalé par plusieurs navires à travers le monde, une expédition est organisée sur l’Abraham Lincoln, frégate américaine, pour purger les mers de ce monstre inquiétant. A bord se trouvent le Français Pierre Aronnax, professeur au Muséum de Paris, et Conseil, son fidèle domestique.Une fois parvenus en vue du monstre, deux immenses trombes d’eau s’abattent sur le pont de la frégate, précipitant Aronnax, Conseil et le harponneur canadien Ned Land sur le dos du monstre… qui s’avère être un fabuleux sous-marin, le Nautilus, conçu et commandé par un étrange personnage, le capitaine Nemo, qui paraît farouchement hostile à toute l’humanité !Condamnés à ne plus jamais revoir leur patrie, leurs parents, leurs amis, la plus extraordinaire aventure commence pourtant pour les trois hommes…La mer était une passion pour Jules Verne ; c’est elle l’héroïne de Vingt mille lieues sous les mers, l’un de ses meilleurs et plus célèbres romans.

Mon avis:

Après avoir lu Le tour du monde en 80 jours, je me suis lancée dans un autre roman célèbre de Jules Verne. Un autre tour du monde, cette fois-ci sous-marin. J’ai bien aimé cet autre livre où l’on découvre autrement les mers et océans du globe en plus nombreuses espèces marines. Sur ce point-là, j’avoue tout de même avoir eu assez de mal à m’y repérer. Je n’ai que peu de connaissance dans les poissons et autres cétacés. Les listes y sont nombreuses dans le livre d’où de nombreux flous dans ma lecture.

Le suspens tient essentiellement dans le fait de savoir qui est le capitaine Némo et si les personnages vont arriver à s’échapper du Nautilus où ils sont retenus « prisonniers ». L’écriture y est toujours très fluide et on suit l’histoire avec intérêt.

Un autre point assez négatif est le fait que certains personnages comme Ned, prennent du plaisir à tuer les animaux. De nos jours, ce type d’aspect est difficile à supporter.

Le chant des esprits (Sarah Lark)

91I6985jDmL

Résumé de l’éditeur:

Gwyneira – l’une des deux héroïnes du Pays du nuage blanc – élève sa petite-fille Kura et s’inquiète pour elle. La jeune métisse de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l’admiration.
Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l’envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte.
C’est alors que Kura rencontre William Martyn – le fiancé de sa cousine, la petite-fille d’Hélène – autre héroïne du Pays du nuage blanc… Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous.
Kura pourra-t-elle cependant se contenter d’un rôle d’épouse alors qu’une grande carrière musicale lui est promise ?

Mon avis:

J’avais découvert le premier tome totalement par hasard à Gibert Joseph et je l’avais adoré. Je me suis donc plongée dans le deuxième avec grand enthousiasme et je l’ai également beaucoup apprécié. On y retrouve bien l’univers et les personnages de Sarah Lark avec des héroïnes fortes et aventureuses. Ce roman donne toujours autant de voyager en Nouvelle-Zélande. J’ai donc dévoré sans mal ce gros pavé. Le suspens nous tiens bien en haleine.

J’ai cependant moins aimé les héroïnes dans ce roman, notamment Kura que j’ai trouvé assez désagréable tout au long de l’histoire. Je trouve aussi que l’auteure reprend parfois trop d’aspects du premier roman pour les replacer ici. J’aurai souhaité plus d’innovations. Il n’en demeure pas moins que cela reste un bon roman et que j’ai vraiment envie de lire le dernier tome.

La perle de Pondichéry (Rose Morvan)

51DzHE6GO7L._SX355_BO1,204,203,200_

Résumé de l’éditeur:

Lorsqu’une princesse orgueilleuse rencontre un voleur désespéré… Pondichéry, un des comptoirs de la Compagnie des Indes orientales, fut considérée comme la capitale de l’Inde française au XVIIIe siècle. Cultures française et tamoule se sont côtoyées et ont donné naissance à de nombreuses histoires de princesses et de maharajas. La Perle de Pondichéry est l’une de celles qui nous sont restées aujourd’hui. Dans les jardins du palais de Jaipur, sous les étoiles étincelantes va se jouer une rencontre qui changera à tout jamais la vie de la princesse Haydée… Reste à savoir si cela ne marquera pas sa chute.

Mon avis:

 

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Gloriana pour notre nouveau partenariat et pour m’avoir permis de lire ce roman.

J’ai beaucoup aimé la couverture très romanesque, qui donne vraiment envie de voyager.

La perle de Pondichéry est un bon livre qui m’a un peu rappelé Pavillons Lointains dont je vous avais parlé récemment, puisque l’on retrouve un mélange de cultures avec l’Inde. Mais aussi Les contes des mille et une nuits au travers de la narration. Ce court roman se lit assez rapidement car nous sommes bien pris dans l’action. Nous avons envie de savoir qui est ce fameux voleur et ce qu’il veut réellement. Il est difficile au départ de s’attacher à Haydée car elle a vraiment un mauvais caractère et elle est d’un égoïsme sans pareille, mais elle évolue positivement au cours de l’histoire.

La romance est bien ficelée et agréable à suivre. L’écriture est fluide, mais je reprocherais tout de même un langage un peu trop familier dans les dialogues, qui ne concorde pas avec l’époque et les traditions du pays. Le roman est beaucoup moins fournit historiquement que Pavillons Lointains, mais cela reste une bonne lecture.

Berlin 56 (saison 1)

 

KuDamm-56

 

Résumé:

La série suis le destin de la famille Schöllack, propriétaire d’une prestigieuse école de danse, dans le Berlin-Ouest des années 50, à travers les portraits de Caterina et de ses trois filles : Eva, Helga et Monika. Monika, l’héroïne rebelle, vit difficilement son entrée dans l’âge adulte et son rôle en tant que femme à cette époque. Elle est en effet fascinée par un tout nouveau monde fait de coiffures banane, de vestes en cuir, de jupons et de Rock’n’roll…  (Source: Fnac).

Mon avis:

ATTENTION SPOILERS!

Je ne regarde quasiment jamais de productions allemandes car ce n’est pas souvent de très bonne qualité, mais je dois dire que j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette série qui est une des meilleures que j’ai vu ces derniers temps. Je suis tombée dessus totalement par hasard en parcourant le programme tv. Le fait que ce soit une série historique avec des costumes qui semblaient être plutôt intéressants, en plus de la présence de Maria Ehrich (la trilogie des Gemmes), a retenue mon attention. Elle avait en plus l’avantage de n’avoir que peu d’épisodes.

C’est une série surprenante. Déjà par le fait qu’elle traite d’une partie de l’histoire généralement peu évoqué au profit de la Seconde guerre mondiale et de la guerre froide et surtout par le fait d’avoir le point de vue allemand sans fioritures et faux-semblants. Elle parle de tous les sujets tabous de l’époque (les massacres de la guerre, les alliances nazies, l’homosexualité, l’infériorité de la femme dans le foyer, les naissances hors-mariage, le divorce, les traitements psychiatriques encore peu évolués…), une partie restants aussi actuels (le viol, le suicide, l’avortement, l’adultère…). On y voit parfaitement le contraste entre conservatisme et modernité et la lutte pour passer de l’un à l’autre. Monika va être cet élément déclencheur qui va pousser les membres de sa famille à faire un pas vers la modernité avec plus ou moins de réussite (Sa mère commençant à s’ouvrir à la fin, tandis qu’Helga va demeurer dans un certain carcan conservateur).

Monika est de loin de personnage le plus intéressant puisqu’elle passe d’un état de dépression extrême, en étant totalement dévalorisée par sa mère et en passant notamment par le viol, à une véritable libération des mœurs à travers le Rock’n’Roll. Sa relation avec M. Frank est également très intéressante en allant d’un rebus et une peu très intense à un rapprochement plutôt romanesque. Ce qui n’empêche pas Monika de faire fit des règles traditionnelles de l’époque en gardant son enfant hors-mariage et en continuant à assouvir sa passion pour le Rock’n’Roll.

On retrouve ici Maria dans un rôle radicalement différent de Gwendolyn puisqu’elle incarne la plus conservatrice des sœurs en s’enfermant dans un mariage sans amour, le tout en voulant donner une bonne image d’elle à la société (la parfaite ménagère de l’époque).

Eva se plonge quant à elle dans une relation adultère vouée à l’échec et finit par choisir « la voix de la raison » en acceptant d’épouser le docteur Fassbender fortuné et beaucoup plus âgé qu’elle. Je regrette toutefois qu’elle n’ait pas ouvert un peu plus les yeux sur les méthodes médicales barbares de l’époque. Espérons qu’elle le fasse dans la prochaine saison.

Et enfin, la mère, qui est le parfaite exemple de la matrone rigide, montre toutefois quelques failles, notamment à travers sa relation hors-mariage et son passé trouble qui se révèle peu à peu.

C’est donc une très bonne série, très bien interprétée. J’ai beaucoup aimé les costumes, les décors, les secrets de familles, ainsi que les chorégraphies.

J’ai vraiment hâte de voir la suite.

Pour les personnes que cela peut intéresser, sachez que la saison 1 est déjà disponible en DVD.

berlin-56,M431337

Le crépuscule royal (Westley Diguet)

CVT_Le-crepuscule-royal_6495

Résumé de l’éditeur:

 » Elle est belle, talentueuse et à l’écoute. Il est beau, puissant et l’héritier d’un trône maudit. Ensemble, ils pourraient mener le Royaume à sa perte. » Il y quasiment trois cent soixante-dix ans est survenu ce que nous appelons « le Grand Cataclysme ». Une série de trois plaies qui changèrent la face du monde. Les États-Unis, et plus généralement le continent américain, n’existent plus, l’Afrique a été ensevelie sous les eaux et la Russie et l’Asie forment un immense brasier qui ne s’éteindra jamais. Du monde, il ne reste que l’ancienne Europe, des pays de cette alliance politique, il ne reste rien. Henri Grace s’apprête à succéder à son père sur le trône d’Europa, la nouvelle Europe. Il est jeune, beau, mais cache un terrible secret. Lisbeth est sur le point d’entrer au service de Sa Majesté en qualité de costumière et elle n’imagine pas un seul instant dans quel enfer elle se jette. Tandis que les Anarchistes continuent de combattre la Monarchie des Grace, des sentiments puissants vont naître et déclencher ce que le jeune roi redoute. Que faire, abdiquer et laisser les derniers survivants mourir ou accepter cette effroyable mission ? Comment sauver Europa sans y perdre son âme ? Henri trouvera-t-il le soutien aux côtés de Lisbeth et de son oreille attentive ? Une chose est sure cependant, Europa ne survivra pas sans que ne coule le sang… »

Mon avis:

Un bon roman, plutôt bien écrit et qui se lit rapidement. J’ai beaucoup apprécié toutes les références historiques et les citations des grands monarques en début de chapitre. L’historie du grand cataclysme est très intéressante.

La romance est bien mise en avant, peu être un peu trop, ce qui est dommage car c’est au détriment de la lutte contre les anarchistes qui est délaissée assez rapidement et bâclée à la fin.

Le reste histoire reste entraînant, on a envie de savoir comment les héros vont réussir à se mettre ensemble et faire face aux différents obstacles.

Je trouve également que la romance est un peu trop rapide, les héros échangeant finalement très peu.

L’homme idéal (en mieux): Angéla Morelli

index

Résumé de l’éditeur:

Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

Mon avis:

C’était le dernier livre d’Angéla Morelli que je n’avais pas lu. Certes, je n’ai pas suivi l’ordre mais cela n’a pas posé de problème dans ma lecture. Comme pour ses autres livres, on y retrouve bien son univers dans une romance fraiche et drôle. L’héroïne est attachante, Samuel est sympathique (j’ai bien aimé les références liées à son nom). Je trouve tout de même que l’ex, Diego est un peu inutile et ne sert pas vraiment l’histoire. Cependant, la lecture reste agréable et permet de passer un bon moment. La romance fonctionne bien, même si elle est très prévisible. Ma préférence reste toutefois à l’Amour est dans le foin.

Pavillons Lointains (Mary Margaret Kaye)

pavillons-lointains-331434

 

Résumé de l’éditeur:

Des cimes enneigées de l’Himalaya aux palais des maharadjas, de la Kyber Pass à Kaboul, ce roman retrace les années les plus tumultueuses du rattachement de l’Inde à l’empire britannique au XIXe siècle. C’est aussi une émouvante histoire d’amour, au-delà des tourments et de la fureur de son époque, celle d’Ash, un jeune Anglais élevé comme un Indien, et de Juli, une princesse indienne déchirée entre raisons du cœur et raison d’État. Et tandis que familles et castes, alliés et ennemis se combattent aveuglément, une civilisation millénaire se précipite vers son destin.

Mon avis:

Après avoir vu et apprécié Indian Summer, j’ai eu envie de lire un ouvrage parlant de l’Histoire de l’Inde et de l’Empire Britannique. Je suis donc tombée sur cet ouvrage au cours de mes recherches. J’ai beaucoup apprécié ce livre qui m’a appris de multiples choses sur cette période. Tout est bien détaillé et renseigné. De nombreux faits sont d’ailleurs réels. On y retrouve aussi tout au long du texte du vocabulaire indou (je ne sais pas ce qu’il en est pour toutes les éditions, mais pour l’édition les romanesques ci-dessus, le glossaire est à la fin, ce qui n’est pas très pratique puisqu’il faut très souvent s’y reporter, donc cela coupe assez la lecture).

Le roman mélange habilement Histoire, romance et politique. L’écriture est fluide et entraînante. Il y a quelques longueurs, mais cela ne gâche en rien ce très beau roman. L’histoire d’amour est prenante malgré quelques aspects un peu trop clichés. Une très bonne lecture que je poursuivrai bientôt par le visionnage de la mini série puisque l’histoire a été adaptée.

Pavillons-lointains-affiche-11861

Maïa (Lucinda Riley)

103877038

 

Résumé de l’éditeur:

A la mort de leur père, Maia et ses sœurs se retrouvent dans le château de leur enfance, sur les rives du lac de Genève. Toutes ont été adoptées, et chacune a reçu en héritage un indice lui permettant de remonter le fil de ses origines. Maia est ainsi conduite jusqu’à un manoir en ruines, sur les collines de Rio de Janeiro.

Mon avis:

A l’occasion de la venue de Lucinda Riley au salon du livre de Paris, j’ai décidé de lire le premier tome de la saga des sept sœurs dont j’avais beaucoup entendu parler. Je n’ai pas été déçue car l’histoire est vraiment prenante, mêlant passé et présent avec deux destins qui finissent par se rejoindre. Ce premier tome nous emporte au Brésil au milieu des favelas et nous fait découvrir la construction du fameux Christos, mais on retroyve aussi à Paris, ainsi que le sud de la France, où je retrouve même ma région. Mythologie, Histoire, amour, drames et secrets de famille se mêlent habilement. Je regrette toutefois un peu trop de facilités scénaristiques dans le roman nous permettant de deviner aisément certains éléments de l’histoire, ce qui ne m’empêchera pas de lire la suite avec la deuxième sœur, Ally.

Je suis là (Clélie Avit)

Je-suis-la

 

Résumé de l’éditeur:

Elsa n’a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu’un accident de montagne l’a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.

Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d’Elsa et s’installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu’un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse.

Ce qu’il ignore, c’est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?

Mon avis:

J’ai beaucoup aimé ce court roman qui nous donne à voir une histoire d’amour assez originale puisque qu’elle se développe quasiment avec aucun échange de paroles entre les deux protagonistes principaux. Il était également intéressant d’avoir le point de vue d’Elsa dans le coma et ses réactions face au monde et aux personnes qui l’entourent. Le roman développe une véritable réflexion sur l’euthanasie et le choix des familles à ce propos, ainsi que sur le pardon et le fait d’assumer ou non ses actes.

L’écriture est fluide, on a vraiment envie de savoir comment va évoluer la relation entre Elsa et Thibault et la relation entre ce dernier et son frère quant à l’accident dont il est responsable.

Happy Ending (Victoria Van Tiem)

index

Résumé de l’éditeur:

La vie, c’est pas une comédie romantique.
Shane Bennett.
C’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel,
le Richard Gere de mon Pretty Woman,
le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing.
Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur.
Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire ? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending…

Mon avis:

Happy Ending est un ouvrage frais et drôle qui permet de retrouver l’ambiance des films romantiques les plus cultes au travers de multiples citations. Je n’aurais pas forcément choisi tous les films de la liste présentée dans le roman, certains d’entre eux que je trouve, pour ma part, très moyens. Mais, ils s’adaptent tout de même bien dans la trame de l’histoire. L’écriture et fluide, l’histoire se lit rapidement. Je trouve que l’héroïne est parfois un peu trop énervante en passant son temps à se dévaloriser.

De nombreux passages de l’histoire sont aussi bien trop clichés. J’espérai justement un peu plus d’originalité, de fantaisie dans l’adaptation des scènes cultes, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Cela m’a donc un peu gâché le plaisir de la lecture.

Mon avis général reste donc mitigé. Je dirais donc que ce livre reste essentiellement à lire pour retrouver les films romantiques que l’on aime.

La Belle et la Bête (2017)

affichebb

Casting: Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans…

Genre: Romance, fantastique, musical.

Je ne pense pas avoir besoin de vous mettre un résumé. Tout le monde connait l’histoire, n’est-ce pas ?

Mon avis:

Cette nouvelle version du conte adapté par Disney est un véritable enchantement, autant au niveau du jeu des acteurs, de l’histoire que des décors et des costumes. On retrouve tout ce qui a fait le succès de l’original, auquel reste tout de même ma préférence. Les chansons sont bien reprises et j’ai bien aimé les nouvelles, bien que j’ai trouvé qu’il y en a un peu trop à mon goût. Les effets spéciaux sont réussis. Pour les costumes, j’ai adoré la robe portée par Emma à la fin du film, bien plus que la robe jaune. J’ai apprécié le clin d’œil en rapport avec la naissance d’Emma Watson à Paris. Luke Evans est vraiment excellent en Gaston.

Seul véritable bémol, le doublage en français, comme je vous l’avais dit, surtout la voix d’Emma qui lui fait perdre une dizaine d’années. Cela m’avait gâché le plaisir de voir le film. Heureusement que j’ai pu le revoir en vost. C’est incontestablement la meilleure version. On remarque d’ailleurs le changement de traductions de plusieurs passages entre les deux versions. Cela perd ainsi en qualité dans la version française.

Le château de Cassandra: Dodie Smith

le-chateau-de-cassandra

 

Résumé de l’éditeur:

Cassandra ! un prénom romanesque, à l’image du château perdu au fin fond de l’Angleterre on vit la jeune fille et toute sa famille pour le moins excentrique.

Un père écrivain qui se refuse à écrire, la merveilleuse Topaz, belle-mère fantasque, Rose, la sœur aînée rêvant au grand amour, sans parler du jeune jardinier qui n’a d’yeux que pour Cassandra. Au fil de ses cahiers, elle relate les événements qui jalonnent leur existence, avec autant de sensibilité que d’ironie. Surgissent deux beaux et riches Américains venus s’installer dans le manoir voisin.

La vie au château en sera bouleversée.

Mon avis:

Un très bon roman que l’on prend beaucoup de plaisir à lire. L’écriture, sous forme de journal, est vraiment appréciable et permet de rentrer dans les méandres de l’esprit de l’héroïne et ses tourments romanesques. On a vraiment envie de ce rendre dans ce château qui est un personnage à part entière. On y retrouve également un petit côté austinien et ce n’est pas un hasard puisque l’auteur à donné le nom de la sœur de Jane Austen à l’héroïne.

Je note toutefois qu’il y a pas mal de longueurs et que tous les personnages de sont pas forcément attachants, à l’instar de Simon , du père de Cassandra ou même de Rose dans la deuxième partie du livre. Par contre j’ai beaucoup aimé Topaze, sa belle-mère assez excentrique. J’ai aussi été un peu déçue par la fin.

Petite anecdote: les dalmatiens de Dodie Smith ont inspiré l’histoire des 101 dalmatiens de Disney.

Le livre a été adapté en film sous le nom de Rose & Cassandra (I Capture the Castle) avec Romola Garai qui incarne Cassandra. Malheureusement, le film est introuvable à part en version original non sous-titrée.

18437864

Voici la bande d’annonce sous-titrée:

Les figures de l’ombre (2017)

573198.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Casting: Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe

Genre: drame, biopic

Résumé:

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. (Source: Allociné)

Mon avis:

Un magnifique film, superbement interprété qui nous parle d’un pan de l’Histoire assez méconnu et dont j’avais déjà eu un petit aperçu dans l’un des épisodes de la série Timeless. Le film reste très actuel dans son propos et il mêle habilement drame et comédie (notamment les allez-retour aux toilettes de Katherine). On ne voit pas le temps passer. Tout le monde à même applaudi à la fin de la séance. Je vous le recommande donc fortement.

Je ne connaissais pas la plupart des actrices, en dehors d’Octavia Spencer que j’avais beaucoup aimée dans La couleur des sentiments. Cela m’a donc permis de découvrir de nouveaux talents.

Le merveilleux jardin secret de Bella Brown (2016)

Le-Merveilleux-Jardin-Secret-de-Bella-Brown

Casting: Jessica Brown Findlay, Tom Wilkinson, Andrew Scott, Jeremy Irvine…

Genre: Drame, Comédie

Résumé:

Bella Brown est une jeune femme pétillante, mais la vie n’est pas tendre avec elle. Alors qu’elle se voit menacée d’expulsion si elle ne s’occupe pas de son jardin totalement laissé à l’abandon, elle fait la connaissance de son riche voisin, Alfie Stephenson, un terrible grincheux qui s’avère être également un horticulteur hors-pair. (Source Allociné)

Mon avis:

Un très joli film qui mêle douceur et poésie. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, les couleurs, l’aspect un peu fantastique et surtout le côté très british. Certes la romance est convenue, mais on passe un très bon moment. Le personnage de Bella suit une évolution intéressante et son amitié naissante avec Alfie est très drôle.

J’ai surtout apprécié de retrouver certains acteurs comme  Jessica Brown Findlay (Downton Abbey), Tom Wilkinson (Indian Palace, Raison et Sentiments…) ou encore Anna Chancellor (Downton Abbey, Orgueil et préjugés (1995) qui joue encore les trouble-fête.

Londres la ténébreuse: la proie et le chasseur (tome 4). Bec McMaster

londres-la-tenebreuse,-tome-4---la-proie-et-le-chasseur-840954

 

Résumé de l’éditeur:

Perry a autrefois fui l’emprise du terrible duc de Moncrieff en se faisant passer pour morte. Sous une nouvelle identité, elle a trouvé refuge au sein de la guilde des Engoulevents, dont le nouveau chef, Garrett Reed, éveille en elle une passion secrète. Mais Perry ne peut échapper éternellement à son passé, qui la rattrape bientôt : de nombreuses jeunes femmes sont retrouvées assassinées, après avoir été sauvagement violentées. Serait-ce l’œuvre de Hague, l’homme de main de Moncrieff, que Perry pensait avoir tué neuf ans plus tôt?

Mon avis:

Je vous avais parlé de la collection Londres la ténébreuse, que j’apprécie énormément, lors de la semaine spéciale Steampunk. J’ai ainsi terminé le dernier tome sorti en français qui s’inscrit dans la lignée des autres et se lit avec plaisir. Ce nouveau tome se base sur un couple qui fonctionne bien, quoique que moins prenant que les précédents. Le suspens est toujours bien présent et l’univers Steampunk est encore bien exploré. On en découvre plus sur l’intrigue principale qui promet d’amener de grands changements dans les prochains romans. Dans ce tome, le passé de Perry confère un aspect beaucoup plus sombre à l’histoire. On regrette toutefois la présence moindre des personnages des anciens tomes qui l’étaient davantage dans les ouvrages précédents. Ce qui ne m’empêche pas d’attendre la suite avec grande hâte…

Free State of Jones

279399.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Casting: Matthew McConaughey, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali…

Genre: Biopic, drame, Guerre

Résumé:

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.  (source: Allociné)

 

Mon avis:

Cela faisait un moment que je souhaitais voir ce film que j’avais loupé au cinéma car il était très peu resté dans les salles et j’ai enfin trouvé un peu de temps pour le faire. C’est un très beau film, émouvant, bien interprété et qui nous renseigne sur un pan de l’Histoire américaine assez méconnu. Les décors sont très bien filmés et les batailles sont très réalistes. Il y a un certain nombre de scènes très violentes, donc à éviter de regarder en mangeant, comme j’ai eu le malheur de le faire. C’est bon pour se couper l’appétit. J’ai noté toutefois qu’il y a un certain nombre de longueurs, qui reste tout de même acceptables. Ce qui m’a le plus gêné ce sont les allez-retour dans le temps qui font parfois perdre le fil de l’histoire. Dans l’ensemble cela reste donc un très bon film.

 

L’atelier des souvenirs (Anne Idoux-Thivet)

51llH80abTL._SY346_

 

Résumé de l’éditeur:

Alice végète depuis trois ans dans le déprimant état de chômeuse surdiplômée, quand elle a l’idée d’animer des ateliers d’écriture dans des maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Elisabeth, Georges, Lucien… : les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres. Au fil des séances d’écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé tout en complotant pour influer sur l’avenir d’Alice.
Un roman sur la solitude et la nostalgie. Sur l’amitié, la tendresse et l’amour, aussi… Lire la suite

Cocaïne et tralala (Kerry Greenwood)

cocaine-et-tralala

Résumé de l’éditeur:

Au cœur des Années folles, Phryne Fisher, jeune aristocrate anglaise au caractère bien trempé, n’en fait qu’à sa tête! Intrépide, exubérante et d’une élégance sans égale, cette « garçonne » ne craint qu’une chose: l’ennui.

Aussi, quand on lui propose de partir en Australie à la recherche d’une riche héritière menacée, y voit-elle l’occasion inespérée de fuir les fastidieuses soirées londoniennes.

Sans une hésitation, la voilà en route, mais dès sa descente de bateau l’attendent faiseurs d’anges, trafiquants de drogue et communistes exaltés…

Toute l’aventure et le danger dont elle rêvait! De cocktails chic en courses-poursuites haletantes, Phryne Fisher mènera sa première enquête tambour battant, pour le plus grand péril des bandits et des cœurs. Lire la suite

Vlogs et littérature

lizziegirls

A l’occasion de la sortie de la saison 3 de The New Adventures of Peter and Wendy et des 5 ans de la diffusion de The Lizzie Bennet Diaries, je voulais vous parler mon intérêt pour les vlogs ou web séries, à savoir les courtes vidéos postées sur Youtube inspirés des romans de la littérature classique qui donnent une version moderne et interactive de ces derniers, puisque les personnages ont leur propre compte sur Facebook et Twitter, ce qui leur permet d’interagir directement avec le public. L’humour y est également omniprésent. Lire la suite

Timeless saison 1 (2016)

13913551_1754613388130866_8358368909196737209_o

Casting: Abigail Spencer, Matt Lanter, Malcolm Barrett…

NBC, (16 épisodes).

Résumé:

Timeless est une série de science fiction qui raconte l’histoire d’un trio composé d’une enseignante en histoire, d’un militaire et d’un scientifique engagés par une agence gouvernementale secrète pour voyager dans le temps afin de stopper un mystérieux personnage qui cherche à changer le cours de l’histoire.

Mon avis:

Dès le premier épisode, nous entrons vraiment dans le vif du sujet avec le trio qui se lance dans la course du voyage dans le temps, sans vraiment prendre la peine de poser les bases de l’histoire et des personnages. Ce qui fait que l’on se sent un peu perdu et donne l’impression que la série se base uniquement sur les scènes d’action. Cela s’enchaîne ensuite avec quelques épisodes qui utilisent le même mode de fonctionnement, ce qui devient un peu ennuyant.

Heureusement, au plus on avance, au plus l’intrigue de développe et l’on commence vraiment à découvrir ce qui se cache derrière ces missions de voyages temporels. Le passé et les secrets des personnages sont aussi plus élaborés. A côté de l’histoire en elle-même, j’ai beaucoup apprécié tous les costumes de la série qui sont très divers grâce aux époques parcourues. On en apprend aussi plus sur l’histoire de l’Amérique, même si elle est quelque peu modifiée.

Je conseille donc cette série, même si les premiers épisodes sont quelques peu bâclés, elle gagne progressivement en intérêt au plus on avance dans l’histoire. J’espère vraiment qu’il y aura une saison 2, malgré les audiences très moyennes, notamment pour les derniers épisodes, car on nous laisse sur notre faim dans l’épisode 16. Réponse en avril.

Si vous aimez Timeless je vous conseille de lire, dans la même veine, la série de livres Time Riders d’Alex Scarrow qui traite aussi de voyages dans le temps avec un trio de jeunes adolescents et dont je vous avais parlée précédemment.

9782092536865

Pour vous servir (Véronique Mougin)

pour-vous-servir

 

Résumé de l’éditeur:

C’est auprès d’un couple d’Écossais amateurs d’art snobs en diable, dans une immense demeure du Luberon, que Françoise et son mari débutent « dans le milieu ». Le milieu : les très-riches ; le métier : gouvernante.

Au gré des années, c’est autant de maisons et de personnalités qu’elle rencontre. Et c’est avec autant de malice que de discernement que Françoise va nous raconter comment elle a servi tout ce que l’Hexagone compte de riches et de puissants : aristocrates raffinés, rentière hystérique, prince arabe polygame, héritière intégriste, industriel survolté, sénateur épicurien…

Ce faisant, elle nous livre les mésaventures réjouissantes et les
psychodrames variés qui rythment le quotidien des grandes maisons, au salon et à l’office. Un roman sur les maîtres du monde et ceux qui les servent, aussi savoureux qu’instructif.

 

Mon avis:

Un roman extrêmement drôle, qui n’est pas sans rappeler Downton Abbey et qui nous donne pleins d’anecdotes croustillantes sur la vie des riches. Malgré quelques longueurs, on passe un bon moment. On se demande, tout de même, comment Françoise a supporté de vivre cette situation de gouvernante pendant tout de ce temps, en étant traitée de la sorte. Je pense qu’il faut vraiment avoir du courage pour le faire. Cela nous donne de la compassion pour les personnes qui font ce genre de travail. On comprend aussi comment la cellule familiale peu rapidement exploser en passant sa vie dans un tel travail. Heureusement que Françoise a gardé son humour tout du long.

Documentation Steampunk

Si vous désirez en savoir plus sur le genre Steampunk, je vous conseille de visiter la principale page Française sur le genre qui vous informe des toutes dernières actualités: French Steampunk .

Pour des idées modes, il n’y rien de mieux que de ce rendre sur Pinterest qui donne de très nombreux exemples.

Côté littérature, il existe un certain nombre de guides qui vous parlent en détail de l’histoire, de la mode, de la littérature… Et qui sont de très bonne qualité.

Voici ceux que je possède:

Le premier possède, en autre, de très belles photos en plus de l’histoire du genre et le second à l’avantage d’être en format poche donc plus pratique à transporter et surtout à un coût plus raisonnable. Il n’y a cependant pas de photos à l’intérieur.

Voici d’autres guides qui existent sur le marché et qui sont très bien fournis:

Gigi (1958)

critique-gigi-minnelli1

Casting: Leslie Caron, Maurice Chevalier, Louis Jourdan…

Comédie musicale, Romance

Résumé:

A Paris, la Belle Époque, La jeune Gigi, élevée par sa grand-mère, Madame Alvarez, et sa grande tante, est destinée à la vie de demi-mondaine. Particulièrement espiègle et charmante, elle trouble le riche et élégant Gaston Lachaille qui rend souvent visite aux deux vieilles dames.

 

Mon avis:

Je suis tombée sur ce film, que je ne connaissais pas, totalement par hasard en parcourant le programme télévisé. Adepte de comédie musicale et de vieux films, je n’ai pas pu m’empêcher de le regarder. Et je n’ai pas été déçue. Les acteurs sont bien choisis. Les personnages sont drôles et attachants, même si Gaston est un peu agaçant parfois. La romance est évidente, mais plutôt bien tournée.

Les chansons sont agréables à écouter. J’ai noté et je ne sais pas si c’est un hasard ou non, que la première chanson que chante Gaston ressemble étrangement à celle de Gaston dans la Belle et la Bête.

J’ai également bien aimé les intermèdes de Maurice Chevalier qui est un excellent compteur.

Les décors et la mise en scène sont réussis. J’ai adoré les costumes, surtout ceux de Gigi. Je vous en donne un aperçu ci-dessous.

Donc, c’est un bon film pour se détendre, simple, mais efficace.

gigi-plaidgigigigi-1-660x330images

Les séries Steampunk

Comme pour les films, les séries utilisant le genre Steampunk sont assez peu nombreuses et ne l’emploient, là non plus, pas en totalité. Je ne vais donc pas faire de classements, mais vous présenter les séries que je regarde et ce que l’on peut trouver sur la toile.

Doctor Who:

Je n’ai cependant aucun doute quant à ma série n°1 qui est Doctor Who et où l’on retrouve de nombreux éléments Steampunk. Tout d’abord, avec le Tardis et le tournevis supersonic du Docteur. Mais aussi avec les ennemis du docteur comme les daleks, les cybermen… De même avec K-9. Clara a également porté des tenues qui se rapprochaient du style.

doctor_who_-_current_titlecard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Warehouse 13:

warehouse-13

Ensuite, la série Warehouse 13 est aussi très versée dans le Steampunk comme le démontre les nombreux gadgets des héros tels que le pistolet tesla, le clavier, les goggles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

The Librairians:

q9g6l0ij81o-market_maxres

Enfin et même si c’est beaucoup moins visible, la série The Librairians (Flynn Carson et les nouveaux aventuriers dont je vous ai fait la critique pour la saison 3, utilise occasionnellement des objets Steampunk, essentiellement Ezekiel.

ezekiel

 

 

Notons également que certaines séries qui n’ont aucun rapport avec le Steampunk, y font parfois référence lors d’un épisode. C’est le cas de Castle.

indexhjj

A venir: Time After Time:

493913

Cette nouvelle série, Inspiré du roman de H.G Wells La Machine à explorer le temps et de l’adaptation « C’était demain » (1980) avec Malcolm McDowell, prévue pour le 5 mars sur ABC, reprend le personnage d’H. G. Wells qui présente à ses amis une nouvelle invention: la machine à remonter le temps.  Mais Jack l’éventreur qui s’est glissé dans l’assistance, profite d’un moment d’inattention pour se propulser à Manhattan à notre époque… Cette série comptera pour le moment 13 épisodes.

Au vu des premiers extraits que vous pouvez voir ci-dessous, on remarque rapidement que la série peut toute à fait s’inscrire dans l’esthétique Steampunk. Donc affaire à suivre…

 

 

On m’a également parlée récemment de la série d’anime Last Exile (2003) de 26 épisodes qui a l’air tout à fait intéressante dans l’aspect Steampunk.

indexhhj

last-exile-02

Résumé de la série: Dans un monde semblable à notre 19e siècle mais plus technologiquement avancé, Claus Valca et Lavie Head sont orphelins. Cette enfance les a conduit a marcher dans les traces de leurs pères respectifs, pilotes d’un type d’avion biplace appelé Vanship, prenant place dans la communauté des messagers volants et participant aux courses aériennes.

Ils se retrouvent accidentellement embarqués sur une mission très difficile qui va les emmener sur un navire très redouté (le Silverna) au beau milieu d’une guerre. De là, leur vie change et leur rêve se retrouve à leur portée : traverser le « Grand Stream », fantastique tornade permanente qui a emporté leurs pères. Mais pour cela, ils devront faire face à la Guilde, censée garantir les règles chevaleresques des combats dans le monde, et vaincre leur peur du plus terrifiant capitaine de vaisseau. (source: Nautiljon).

 

 

Parmi les autres séries Steampunk que je n’ai pas vu, il est cité notamment: The Secret adventures of Jules Verne (2000), Penny Dreadful (2014), Les enquêtes de Murdoch (2008), Sanctuary (2008), Full Metal Alchemist (2009), Steampunk’D (2015), Dracula (2013)…

Mon top livres Steampunk

Depuis quelques années les livres Steampunk se font de plus en plus de place sur les rayons des librairies et brassent un grand mélange des genres. Je vous propose donc ici mes coups de cœur Steampunk.

Voici les 10 séries et livres Steampunk que je préfère:

10

Stormdancer (Jay Kristoff) (3 tomes)

1409-lotus1_org

Résumé de l’éditeur: On disait éteinte la race des griffons, ces créatures mythiques menées par les danseurs d’orage. Pourtant, Yukiko et son père reçoivent l’ordre d’en capturer un pour le cruel shogun des îles de Shima. Contre toute attente, ils y parviennent, mais Yukiko se retrouve perdue dans une forêt sauvage, avec pour seule compagnie un griffon mutilé qu’elle nomme Buruu. Unis dans l’adversité, la jeune fille et l’animal s’entraident. Yukiko serait-elle la véritable danseuse d’orage, ultime espoir du peuple ?

Je n’ai pour l’instant lu que le tome 1, mais j’ai beaucoup aimé le mélange entre le japon médiéval et l’univers Steampunk qui s’accordent très bien. Je conseille de le lire en livre papier car il faut souvent se reporter au glossaire à la fin de l’ouvrage.

9

 Les enquêtes extraordinaires de Newbury & Hobbes: Les revenants de Whitechapel (George Mann)

Mise en page 1

Résumé de l’éditeur: Bienvenue dans un Londres étrange et merveilleux, une métropole en plein bouleversement. Ses habitants, quotidiennement éblouis par un déluge d’inventions, inaugurent une ère technologique nouvelle. Les aéronefs traversent le ciel de la ville tandis que des trains de surface parcourent ses rues et que des automates mettent leurs engrenages au service d’avocats ou de policiers. Mais levernis brillant du progrès dissimule une face sombre, car cet univers voit aussi des policiers fantômes hanter les ruelles de Whitechapel. Sir Maurice Newbury, Investigateur de la Couronne, oeuvre donc sans répit à protéger l’Empire de ses ennemis. Le jour où un dirigeable s’écrase dans des circonstances suspectes, sir Newbury et miss Veronica Hobbes, sa jeune assistante, sont appelés à enquêter tandis qu’une série d’effroyables meurtres met en échec les efforts de Scotland Yard, et qu’un épouvantable fléau ravage les quartiers pauvres. Ainsi débute, en une aventure qui ne ressemble à aucune autre, le premier volume des Enquêtes Extraordinaires de Newbury & Hobbes.

J’ai bien aimé l’enquête et l’alchimie entre les deux personnages principaux. Dommage qu’il n’y ait pas de suite. L’univers Steampunk est très bien décrit.

8

Emma Bannon & Archibald Clarke: Le mystère du Drake mécaniste (Lilith Saintcrow) (3 Tome)

livre-le-mystere-du-drake-mecaniste-834-1

Résumé de l’éditeur: Emma Bannon, sorcière au service de l’Empire, a pour mission de protéger Archibald Clare, le dernier mentath non répertorié vivant, la nouvelle cible d’un tueur en série qui s’en prend aux plus grands génies de Londres. D’ailleurs, ils se tolèrent à peine, et le fait que le protecteur de Bannon, Mikal, peut être lui-même un traître, ne les aide pas non plus. Sans compter que le complot est tout aussi prêt à les tuer eux qu’à les inciter à trahir leur Reine et leur pays.

Dans la lignée, du numéro 9, seul le premier tome a malheureusement été traduit.

7

R.O.S.E: L’Embaumeur de Montmartre (Fleur Hana)

cvt_rose-lembaumeur-de-montmartre_6080

Résumé de l’éditeur: Quand Lord Spencer Fitzwilliam arrive à Paris pour résoudre une affaire de meurtre, il s’imagine expédier rapidement cette corvée. C’est sans compter Rosaline Leprince et son engin diabolique plus communément appelé bicyclette. Ce qui aurait dû être une mission en solo devient le pire cauchemar de l’anglais. Il en viendrait à se demander si un tête-à-tête avec la créature tueuse de danseuses de cabaret ne vaut pas mieux que la compagnie de la parisienne excentrique… Suivez une enquête en plein Paris du XIX° siècle, saupoudrée d’un zest de Steampunk..

Ce court roman ce lit vraiment d’une traite. L’héroïne est attachante et l’univers très intéressant. Le fait que l’histoire se passe à Paris est vraiment un plus.

6

Levithan ( Scott Westerfeld) (3 tomes)

cvt_leviathan-tome-1_3669

Résumé de l’éditeur: 1914. Aventures et histoire d’amour dans une Europe réinventée.
À l’aube de la Première Guerre mondiale. D’un côté, les darwinistes (Anglais, Français), adeptes du tout biologique et rois de la manipulation génétique. De l’autre, la civilisation ultra-mécanique, les clankers (Allemands, Autrichiens.) La guerre éclate avec l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand. Alek, son fils, menacé lui-aussi de mort, prend la fuite sur un robot de combat bipède bardé de mitrailleuses. Il réussit à rejoindre la Suisse et se cache dans un vieux château en ruines. Pendant ce temps, la jeune Écossaise Deryn Sharp, orpheline, s’habille en garçon et se fait engager dans l’Air Service (forces aériennes britanniques.) Après un premier vol d’essai mouvementé aux commandes d’une méduse volante, elle rejoint l’équipage du Léviathan, sorte de baleine géante gonflée à l’hydrogène. À son bord, un chargement biologique, classé secret défense. Ils volent vers Constantinople, mais les Allemands les attaquent et le Léviathan s’écrase dans les Alpes. C’est là que Deryn, toujours déguisée en homme, fait la rencontre explosive d’Alek…

Je n’ai pour l’instant lu que le premier tome, mais j’ai vraiment hâte de lire la suite. L’univers Steampunk est ici lié à celui de la Première Guerre Mondiale. J’ai bien aimé la réutilisation de la théorie de Darwin et le suspense tout au long du roman.

5

Steampunk Chronicles (Kady Cross) (4 tomes)

steampunk-chronicles-tome-1-l-etrange-pouvoir-de-finley-jayne-189797

Résumé de l’éditeur: Londres 1897, âge des automates pensants et du Dr Jekyll… Finley Jayne, 16 ans, a un sacré problème : depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle ! Et son côté sombre tout à la fois l’effraie et lui joue des tours. Que lui arrive-t-il ? A qui peut-elle en parler ? Et d’où lui viennent soudain cette force et ces colères extraordinaires ? Une nuit, alors qu’elle vient d’administrer une correction à un jeune lord qui tentait d’abuser d’elle, elle fuit à toute vitesse sur son vélo et… percute de plein fouet Griffin, Duc de Greythorne, qui la ramène à son manoir pour la soigner. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la lancer dans de folles péripéties : Griffin et son petit groupe d’amis aux pouvoirs prodigieux sont en effet à la recherche du dangereux Machiniste, un inventeur mégalo assisté d’une armée d’automates, qui brigue la couronne d’Angleterre…

J’ai vraiment aimé les deux premiers tomes. Malheureusement, les deux derniers n’ont pas été traduits en français donc je les lirai en anglais quand j’aurai du temps car mon anglais n’est pas très bon.

La double personnalité de Finley Jane est très intéressante. J’ai beaucoup accroché à l’ensemble des personnages et à leurs histoires respectives.

4

Le protectorat de l’ombrelle (Cail Carriger) (5 livres)

le-protectorat-de-l-ombrelle-une-aventure-d-alexia-tarabotti-tome-1-sans-me-550282-264-432

Résumé de l’éditeur: Londres 1897, âge des automates pensants et du Dr Jekyll… Finley Jayne, 16 ans, a un sacré problème : depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle ! Et son côté sombre tout à la fois l’effraie et lui joue des tours. Que lui arrive-t-il ? A qui peut-elle en parler ? Et d’où lui viennent soudain cette force et ces colères extraordinaires ? Une nuit, alors qu’elle vient d’administrer une correction à un jeune lord qui tentait d’abuser d’elle, elle fuit à toute vitesse sur son vélo et… percute de plein fouet Griffin, Duc de Greythorne, qui la ramène à son manoir pour la soigner. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la lancer dans de folles péripéties : Griffin et son petit groupe d’amis aux pouvoirs prodigieux sont en effet à la recherche du dangereux Machiniste, un inventeur mégalo assisté d’une armée d’automates, qui brigue la couronne d’Angleterre…

J’ai pour l’instant lu les deux premiers tomes. J’adore le personnage d’Alexia Tarabotti et sa relation avec Lord Maccon. L’humour est omniprésent et le style d’écriture est vraiment génial qui est tout à fait en accord avec la personnalité de l’héroïne.

Les livres existent aussi sous forme de mangas, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jeter un coup d’œil.

sans-ame_t01

Les autres collections Steampunk de l’auteur que je n’ai pas encore lu

3

Victoria Fantasy (Georgia Caldera)

victorian-fantasy-tome-1-dentelle-et-necromancie-466480-264-432

Résumé de l’éditeur: D’aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d’une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s’y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s’envoler. C’est alors qu’une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d’une main de fer. Et, une requête royale ne se refuse pas… à moins de souhaiter perdre la tête. Sa découverte du monde commence, très loin de ce qu’elle imaginait. La cour est pleine de danger, de rumeurs et de règles qu’elle ne maîtrise pas. Mais sa plus grande erreur est de succomber au regard aussi noir que la nuit de lord Thadeus Blackmorgan…

Ce premier tome est vraiment passionnant, impossible à lâcher du début à la fin et son auteure, que j’ai eu la chance de rencontrer au dernier Salon du livre à Paris est vraiment adorable.

Le tome 2 est prévu pour le 29 mars

victorian-fantasy-tome-2-de-velours-et-d-acier-867363

2

Londres la Ténébreuse (Bec McMaster) (4 tomes, les autres sont en cours de traduction)

51rrynupxcl-_sx307_bo1204203200_

Résumé de l’éditeur: Sans le sou, en charge de ses petits frère et soeur, Honoria Todd s’installe à Whitechapel, où elle espère échapper au terrible lord Vickers. Mais dans cet obscur quartier de Londres, où peu de personnes se risquent, les bandits règnent en maîtres. Et trouver refuge en ce lieu pourrait tout aussi bien jeter Honoria entre les mains du légendaire et redoutable Blade. Ce sang bleu renégat est l’ennemi juré de Vickers. Quand Blade propose justement à Honoria un marché, cette dernière accepte, en échange de sa protection. Mais à ses yeux, est-elle un instrument de vengeance contre Vickers ou sa seule chance de rédemption ?

J’adore l’univers qu’a créée l’auteur et j’attends à chaque fois impatiemment la sortie de chaque nouveau tome qui mêle romance, suspense et Steampunk. Je suis actuellement en train de lire le 4ème tome.

1

New Victoria (Lia Habel) (2 Tomes)

new-victoria-l-integrale-396723-264-432

2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

Sans conteste ma série préférée. Cette fois-ci on part dans le futur. L’univers est génial, des zombies, de la romance et du Steampunk. ça fonctionne parfaitement.

Pour plus de lectures, je vous conseille de jeter un coup d’œil à la longue des liste des œuvres Steampunk présentée sur Babelio. Vous pouvez aussi trouver de l’inspiration auprès de la maison d’édition Bragelonne qui sort régulièrement des livres Steampunk, notamment lors du Mois du cuivre qui se déroule actuellement.

Mon top films Steampunk

TOP STEAMPUNK

Il n’y a pas vraiment de films qui utilisent à 100% l’esthétique Steampunk, à part, peut-être Sucker Punk (que je n’ai pas vu), mais la plupart du temps, ce sont plutôt des éléments du genre que l’on retrouve, notamment au niveau des machines ou des accessoires utilisés.

Je ne vais pas vous faire une liste ici de tous les films sur le sujet, mais je vais plutôt évoquer ceux que j’ai le plus aimé.

Mon top 1:

Le château ambulant :

7c5ad84372dae75149fef03240a7a1c5

Je suis une fan inconditionnée de l’œuvre de Miyazaki et des studios Ghibli et cet anime est sans conteste mon préféré. Et sans aucun doute, il entre parfaitement dans le thème Steampunk. Tout d’abord, à travers, le personnage principal qui est le château lui même avec ses pièces assemblées laborieusement les unes aux autres, ses rouages mais aussi les échappements de vapeur. A cela s’ajoute les tenues des personnages, les dirigeables…

 

Mon top 2:

Le château dans le ciel:

affiche

Dans la veine du Château ambulant, nous avons ici aussi de bonnes références au Steampunk, surtout grâce au thème principal qui est l’aviation avec les nombreux dirigeables, mais aussi avec les robots, les irongolems et surtout avec ce château volant qui est là aussi le personnage central de l’anime.

 On note également côté animes, le film Steamboy, que je n’ai pas eu encore l’occasion de voir, mais qui mais également en avant la technologie Steampunk.

Top 3:

Wild Wild West:

19021919

C’est le premier film que j’ai vu qui mettait en avant le style steampunk que ce soit au niveau de la mécanique, mais aussi au niveau des costumes.

 

Voici un diaporama d’autres films mettant en avant le genre Steampunk:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Orgueil et Préjugés (2017): Lizzy et Darcy… Aujourd’hui comme hier

41AuoINOsmL._SX210_

 

Résumé de l’éditeur:

Et si Lizzy Bennet avait rencontré Will Darcy au 21ème siècle ?

Une Lizzy plus libérée ? Un Darcy tellement plus sexy ?

Une histoire actuelle mais toujours aussi romantique.

Du Jane Austen légèrement (carrément!) dépoussiéré !Lizzy, qui vient d’être diplômée, habite une petite ville de la campagne anglaise.

Elle vit dans la grande maison familiale avec ses parents et ses quatre soeurs.

Leur existence bohème et insouciante est remise en question quand le séduisant Charli Bingley, célibataire et beau parti, s’installe en ville.

Cette nouvelle met toute la famille en émoi.

Lizzy et sa soeur Jane, dont elle est très proche, font par le plus grand des hasards la connaissance de ce jeune homme, lui même très ami avec un certain Will Darcy, froid et arrogant.

 

 

Mon avis:

Orgueil et préjugés étant mon ouvrage favoris, je ne pouvais passer à côté de cette nouvelle version moderne. Ma favorite est sans conteste Amour, orgueil et préjugés de Jess Swann, mais cette nouvelle version est également une très bonne adaptation. On retrouve bien le caractère des différents personnages, ainsi que les meilleurs moments de l’original. Il est vraiment appréciable que l’auteure explique ses choix au début de l’ouvrage, ce qui permet de fixer plus facilement son avis. Je tiens cependant à souligner que certaines scènes tombent un peu trop dans la mièvrerie en poussant exagérément sur le côté sexe/new romance. C’est dommage parce que c’est justement ce qui fait l’intérêt de l’original en donnant plus de valeur à la personnalité des personnages. J’ai également noté plusieurs fautes d’orthographes importantes (ça fait mal aux yeux).

Doctor Who (Saison 10)

Doctor-Who-Saison-10-tardis

Mon avis :

Cette nouvelle saison marque l’heure des changements. En effet, c’est la dernière de Peter Capaldi, Michelle Gomez et Steven Moffat et l’arrivée d’une nouvelle compagne, Bill. Et je confirme, il est temps que ça change, parce que cette saison est d’un ennui considérable. Beaucoup de blabla, d’éléments vus et revus des dizaines de fois. On a vraiment perdu la dynamique qui avait été engendrée avec Matt Smith, même si mon docteur préféré restera toujours David Tennant.

Je ne suis pas trop fan de Peter Capaldi et ce depuis le début donc j’espère que le changement sera intéressant et donnera une nouvelle orientation à la série. J’ai aussi trouvé le personnage de Nardole totalement inutile, il sert juste de faire valoir et n’apporte rien de neuf. Il est vrai qu’en général l’introduction d’un trio dans la série n’a pas toujours été une très bonne idée puisque le troisième sert généralement à boucher les trous, sauf avec Rory qui avait vraiment bien trouvé sa place. Même le personnage de Missy totalement de son intérêt en choisissant le camp du docteur et en développant une romance kitch à souhait. Quant à Bill, elle m’a vraiment insupportée au début de la saison avec sa niaiserie sans pareille, qui ne faisait, de plus, que réintroduire des éléments vu et revus. Cependant, son personnage commence à évoluer de manière plus intéressante avec plus de profondeur. A suivre donc, en espérant également que l’épisode de Noël ne soit pas aussi décevant que la saison 10.