Le chant des esprits (Sarah Lark)

91I6985jDmL

Résumé de l’éditeur:

Gwyneira – l’une des deux héroïnes du Pays du nuage blanc – élève sa petite-fille Kura et s’inquiète pour elle. La jeune métisse de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l’admiration.
Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l’envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte.
C’est alors que Kura rencontre William Martyn – le fiancé de sa cousine, la petite-fille d’Hélène – autre héroïne du Pays du nuage blanc… Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous.
Kura pourra-t-elle cependant se contenter d’un rôle d’épouse alors qu’une grande carrière musicale lui est promise ?

Mon avis:

J’avais découvert le premier tome totalement par hasard à Gibert Joseph et je l’avais adoré. Je me suis donc plongée dans le deuxième avec grand enthousiasme et je l’ai également beaucoup apprécié. On y retrouve bien l’univers et les personnages de Sarah Lark avec des héroïnes fortes et aventureuses. Ce roman donne toujours autant de voyager en Nouvelle-Zélande. J’ai donc dévoré sans mal ce gros pavé. Le suspens nous tiens bien en haleine.

J’ai cependant moins aimé les héroïnes dans ce roman, notamment Kura que j’ai trouvé assez désagréable tout au long de l’histoire. Je trouve aussi que l’auteure reprend parfois trop d’aspects du premier roman pour les replacer ici. J’aurai souhaité plus d’innovations. Il n’en demeure pas moins que cela reste un bon roman et que j’ai vraiment envie de lire le dernier tome.

La perle de Pondichéry (Rose Morvan)

51DzHE6GO7L._SX355_BO1,204,203,200_

Résumé de l’éditeur:

Lorsqu’une princesse orgueilleuse rencontre un voleur désespéré… Pondichéry, un des comptoirs de la Compagnie des Indes orientales, fut considérée comme la capitale de l’Inde française au XVIIIe siècle. Cultures française et tamoule se sont côtoyées et ont donné naissance à de nombreuses histoires de princesses et de maharajas. La Perle de Pondichéry est l’une de celles qui nous sont restées aujourd’hui. Dans les jardins du palais de Jaipur, sous les étoiles étincelantes va se jouer une rencontre qui changera à tout jamais la vie de la princesse Haydée… Reste à savoir si cela ne marquera pas sa chute.

Mon avis:

 

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Gloriana pour notre nouveau partenariat et pour m’avoir permis de lire ce roman.

J’ai beaucoup aimé la couverture très romanesque, qui donne vraiment envie de voyager.

La perle de Pondichéry est un bon livre qui m’a un peu rappelé Pavillons Lointains dont je vous avais parlé récemment, puisque l’on retrouve un mélange de cultures avec l’Inde. Mais aussi Les contes des mille et une nuits au travers de la narration. Ce court roman se lit assez rapidement car nous sommes bien pris dans l’action. Nous avons envie de savoir qui est ce fameux voleur et ce qu’il veut réellement. Il est difficile au départ de s’attacher à Haydée car elle a vraiment un mauvais caractère et elle est d’un égoïsme sans pareille, mais elle évolue positivement au cours de l’histoire.

La romance est bien ficelée et agréable à suivre. L’écriture est fluide, mais je reprocherais tout de même un langage un peu trop familier dans les dialogues, qui ne concorde pas avec l’époque et les traditions du pays. Le roman est beaucoup moins fournit historiquement que Pavillons Lointains, mais cela reste une bonne lecture.

Berlin 56 (saison 1)

 

KuDamm-56

 

Résumé:

La série suis le destin de la famille Schöllack, propriétaire d’une prestigieuse école de danse, dans le Berlin-Ouest des années 50, à travers les portraits de Caterina et de ses trois filles : Eva, Helga et Monika. Monika, l’héroïne rebelle, vit difficilement son entrée dans l’âge adulte et son rôle en tant que femme à cette époque. Elle est en effet fascinée par un tout nouveau monde fait de coiffures banane, de vestes en cuir, de jupons et de Rock’n’roll…  (Source: Fnac).

Mon avis:

ATTENTION SPOILERS!

Je ne regarde quasiment jamais de productions allemandes car ce n’est pas souvent de très bonne qualité, mais je dois dire que j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette série qui est une des meilleures que j’ai vu ces derniers temps. Je suis tombée dessus totalement par hasard en parcourant le programme tv. Le fait que ce soit une série historique avec des costumes qui semblaient être plutôt intéressants, en plus de la présence de Maria Ehrich (la trilogie des Gemmes), a retenue mon attention. Elle avait en plus l’avantage de n’avoir que peu d’épisodes.

C’est une série surprenante. Déjà par le fait qu’elle traite d’une partie de l’histoire généralement peu évoqué au profit de la Seconde guerre mondiale et de la guerre froide et surtout par le fait d’avoir le point de vue allemand sans fioritures et faux-semblants. Elle parle de tous les sujets tabous de l’époque (les massacres de la guerre, les alliances nazies, l’homosexualité, l’infériorité de la femme dans le foyer, les naissances hors-mariage, le divorce, les traitements psychiatriques encore peu évolués…), une partie restants aussi actuels (le viol, le suicide, l’avortement, l’adultère…). On y voit parfaitement le contraste entre conservatisme et modernité et la lutte pour passer de l’un à l’autre. Monika va être cet élément déclencheur qui va pousser les membres de sa famille à faire un pas vers la modernité avec plus ou moins de réussite (Sa mère commençant à s’ouvrir à la fin, tandis qu’Helga va demeurer dans un certain carcan conservateur).

Monika est de loin de personnage le plus intéressant puisqu’elle passe d’un état de dépression extrême, en étant totalement dévalorisée par sa mère et en passant notamment par le viol, à une véritable libération des mœurs à travers le Rock’n’Roll. Sa relation avec M. Frank est également très intéressante en allant d’un rebus et une peu très intense à un rapprochement plutôt romanesque. Ce qui n’empêche pas Monika de faire fit des règles traditionnelles de l’époque en gardant son enfant hors-mariage et en continuant à assouvir sa passion pour le Rock’n’Roll.

On retrouve ici Maria dans un rôle radicalement différent de Gwendolyn puisqu’elle incarne la plus conservatrice des sœurs en s’enfermant dans un mariage sans amour, le tout en voulant donner une bonne image d’elle à la société (la parfaite ménagère de l’époque).

Eva se plonge quant à elle dans une relation adultère vouée à l’échec et finit par choisir « la voix de la raison » en acceptant d’épouser le docteur Fassbender fortuné et beaucoup plus âgé qu’elle. Je regrette toutefois qu’elle n’ait pas ouvert un peu plus les yeux sur les méthodes médicales barbares de l’époque. Espérons qu’elle le fasse dans la prochaine saison.

Et enfin, la mère, qui est le parfaite exemple de la matrone rigide, montre toutefois quelques failles, notamment à travers sa relation hors-mariage et son passé trouble qui se révèle peu à peu.

C’est donc une très bonne série, très bien interprétée. J’ai beaucoup aimé les costumes, les décors, les secrets de familles, ainsi que les chorégraphies.

J’ai vraiment hâte de voir la suite.

Pour les personnes que cela peut intéresser, sachez que la saison 1 est déjà disponible en DVD.

berlin-56,M431337

Le crépuscule royal (Westley Diguet)

CVT_Le-crepuscule-royal_6495

Résumé de l’éditeur:

 » Elle est belle, talentueuse et à l’écoute. Il est beau, puissant et l’héritier d’un trône maudit. Ensemble, ils pourraient mener le Royaume à sa perte. » Il y quasiment trois cent soixante-dix ans est survenu ce que nous appelons « le Grand Cataclysme ». Une série de trois plaies qui changèrent la face du monde. Les États-Unis, et plus généralement le continent américain, n’existent plus, l’Afrique a été ensevelie sous les eaux et la Russie et l’Asie forment un immense brasier qui ne s’éteindra jamais. Du monde, il ne reste que l’ancienne Europe, des pays de cette alliance politique, il ne reste rien. Henri Grace s’apprête à succéder à son père sur le trône d’Europa, la nouvelle Europe. Il est jeune, beau, mais cache un terrible secret. Lisbeth est sur le point d’entrer au service de Sa Majesté en qualité de costumière et elle n’imagine pas un seul instant dans quel enfer elle se jette. Tandis que les Anarchistes continuent de combattre la Monarchie des Grace, des sentiments puissants vont naître et déclencher ce que le jeune roi redoute. Que faire, abdiquer et laisser les derniers survivants mourir ou accepter cette effroyable mission ? Comment sauver Europa sans y perdre son âme ? Henri trouvera-t-il le soutien aux côtés de Lisbeth et de son oreille attentive ? Une chose est sure cependant, Europa ne survivra pas sans que ne coule le sang… »

Mon avis:

Un bon roman, plutôt bien écrit et qui se lit rapidement. J’ai beaucoup apprécié toutes les références historiques et les citations des grands monarques en début de chapitre. L’historie du grand cataclysme est très intéressante.

La romance est bien mise en avant, peu être un peu trop, ce qui est dommage car c’est au détriment de la lutte contre les anarchistes qui est délaissée assez rapidement et bâclée à la fin.

Le reste histoire reste entraînant, on a envie de savoir comment les héros vont réussir à se mettre ensemble et faire face aux différents obstacles.

Je trouve également que la romance est un peu trop rapide, les héros échangeant finalement très peu.

L’homme idéal (en mieux): Angéla Morelli

index

Résumé de l’éditeur:

Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

Mon avis:

C’était le dernier livre d’Angéla Morelli que je n’avais pas lu. Certes, je n’ai pas suivi l’ordre mais cela n’a pas posé de problème dans ma lecture. Comme pour ses autres livres, on y retrouve bien son univers dans une romance fraiche et drôle. L’héroïne est attachante, Samuel est sympathique (j’ai bien aimé les références liées à son nom). Je trouve tout de même que l’ex, Diego est un peu inutile et ne sert pas vraiment l’histoire. Cependant, la lecture reste agréable et permet de passer un bon moment. La romance fonctionne bien, même si elle est très prévisible. Ma préférence reste toutefois à l’Amour est dans le foin.

Pavillons Lointains (Mary Margaret Kaye)

pavillons-lointains-331434

 

Résumé de l’éditeur:

Des cimes enneigées de l’Himalaya aux palais des maharadjas, de la Kyber Pass à Kaboul, ce roman retrace les années les plus tumultueuses du rattachement de l’Inde à l’empire britannique au XIXe siècle. C’est aussi une émouvante histoire d’amour, au-delà des tourments et de la fureur de son époque, celle d’Ash, un jeune Anglais élevé comme un Indien, et de Juli, une princesse indienne déchirée entre raisons du cœur et raison d’État. Et tandis que familles et castes, alliés et ennemis se combattent aveuglément, une civilisation millénaire se précipite vers son destin.

Mon avis:

Après avoir vu et apprécié Indian Summer, j’ai eu envie de lire un ouvrage parlant de l’Histoire de l’Inde et de l’Empire Britannique. Je suis donc tombée sur cet ouvrage au cours de mes recherches. J’ai beaucoup apprécié ce livre qui m’a appris de multiples choses sur cette période. Tout est bien détaillé et renseigné. De nombreux faits sont d’ailleurs réels. On y retrouve aussi tout au long du texte du vocabulaire indou (je ne sais pas ce qu’il en est pour toutes les éditions, mais pour l’édition les romanesques ci-dessus, le glossaire est à la fin, ce qui n’est pas très pratique puisqu’il faut très souvent s’y reporter, donc cela coupe assez la lecture).

Le roman mélange habilement Histoire, romance et politique. L’écriture est fluide et entraînante. Il y a quelques longueurs, mais cela ne gâche en rien ce très beau roman. L’histoire d’amour est prenante malgré quelques aspects un peu trop clichés. Une très bonne lecture que je poursuivrai bientôt par le visionnage de la mini série puisque l’histoire a été adaptée.

Pavillons-lointains-affiche-11861

Maïa (Lucinda Riley)

103877038

 

Résumé de l’éditeur:

A la mort de leur père, Maia et ses sœurs se retrouvent dans le château de leur enfance, sur les rives du lac de Genève. Toutes ont été adoptées, et chacune a reçu en héritage un indice lui permettant de remonter le fil de ses origines. Maia est ainsi conduite jusqu’à un manoir en ruines, sur les collines de Rio de Janeiro.

Mon avis:

A l’occasion de la venue de Lucinda Riley au salon du livre de Paris, j’ai décidé de lire le premier tome de la saga des sept sœurs dont j’avais beaucoup entendu parler. Je n’ai pas été déçue car l’histoire est vraiment prenante, mêlant passé et présent avec deux destins qui finissent par se rejoindre. Ce premier tome nous emporte au Brésil au milieu des favelas et nous fait découvrir la construction du fameux Christos, mais on retroyve aussi à Paris, ainsi que le sud de la France, où je retrouve même ma région. Mythologie, Histoire, amour, drames et secrets de famille se mêlent habilement. Je regrette toutefois un peu trop de facilités scénaristiques dans le roman nous permettant de deviner aisément certains éléments de l’histoire, ce qui ne m’empêchera pas de lire la suite avec la deuxième sœur, Ally.

Je suis là (Clélie Avit)

Je-suis-la

 

Résumé de l’éditeur:

Elsa n’a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu’un accident de montagne l’a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.

Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d’Elsa et s’installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu’un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse.

Ce qu’il ignore, c’est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?

Mon avis:

J’ai beaucoup aimé ce court roman qui nous donne à voir une histoire d’amour assez originale puisque qu’elle se développe quasiment avec aucun échange de paroles entre les deux protagonistes principaux. Il était également intéressant d’avoir le point de vue d’Elsa dans le coma et ses réactions face au monde et aux personnes qui l’entourent. Le roman développe une véritable réflexion sur l’euthanasie et le choix des familles à ce propos, ainsi que sur le pardon et le fait d’assumer ou non ses actes.

L’écriture est fluide, on a vraiment envie de savoir comment va évoluer la relation entre Elsa et Thibault et la relation entre ce dernier et son frère quant à l’accident dont il est responsable.

Happy Ending (Victoria Van Tiem)

index

Résumé de l’éditeur:

La vie, c’est pas une comédie romantique.
Shane Bennett.
C’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel,
le Richard Gere de mon Pretty Woman,
le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing.
Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur.
Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire ? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending…

Mon avis:

Happy Ending est un ouvrage frais et drôle qui permet de retrouver l’ambiance des films romantiques les plus cultes au travers de multiples citations. Je n’aurais pas forcément choisi tous les films de la liste présentée dans le roman, certains d’entre eux que je trouve, pour ma part, très moyens. Mais, ils s’adaptent tout de même bien dans la trame de l’histoire. L’écriture et fluide, l’histoire se lit rapidement. Je trouve que l’héroïne est parfois un peu trop énervante en passant son temps à se dévaloriser.

De nombreux passages de l’histoire sont aussi bien trop clichés. J’espérai justement un peu plus d’originalité, de fantaisie dans l’adaptation des scènes cultes, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Cela m’a donc un peu gâché le plaisir de la lecture.

Mon avis général reste donc mitigé. Je dirais donc que ce livre reste essentiellement à lire pour retrouver les films romantiques que l’on aime.

La Belle et la Bête (2017)

affichebb

Casting: Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans…

Genre: Romance, fantastique, musical.

Je ne pense pas avoir besoin de vous mettre un résumé. Tout le monde connait l’histoire, n’est-ce pas ?

Mon avis:

Cette nouvelle version du conte adapté par Disney est un véritable enchantement, autant au niveau du jeu des acteurs, de l’histoire que des décors et des costumes. On retrouve tout ce qui a fait le succès de l’original, auquel reste tout de même ma préférence. Les chansons sont bien reprises et j’ai bien aimé les nouvelles, bien que j’ai trouvé qu’il y en a un peu trop à mon goût. Les effets spéciaux sont réussis. Pour les costumes, j’ai adoré la robe portée par Emma à la fin du film, bien plus que la robe jaune. J’ai apprécié le clin d’œil en rapport avec la naissance d’Emma Watson à Paris. Luke Evans est vraiment excellent en Gaston.

Seul véritable bémol, le doublage en français, comme je vous l’avais dit, surtout la voix d’Emma qui lui fait perdre une dizaine d’années. Cela m’avait gâché le plaisir de voir le film. Heureusement que j’ai pu le revoir en vost. C’est incontestablement la meilleure version. On remarque d’ailleurs le changement de traductions de plusieurs passages entre les deux versions. Cela perd ainsi en qualité dans la version française.

Le château de Cassandra: Dodie Smith

le-chateau-de-cassandra

 

Résumé de l’éditeur:

Cassandra ! un prénom romanesque, à l’image du château perdu au fin fond de l’Angleterre on vit la jeune fille et toute sa famille pour le moins excentrique.

Un père écrivain qui se refuse à écrire, la merveilleuse Topaz, belle-mère fantasque, Rose, la sœur aînée rêvant au grand amour, sans parler du jeune jardinier qui n’a d’yeux que pour Cassandra. Au fil de ses cahiers, elle relate les événements qui jalonnent leur existence, avec autant de sensibilité que d’ironie. Surgissent deux beaux et riches Américains venus s’installer dans le manoir voisin.

La vie au château en sera bouleversée.

Mon avis:

Un très bon roman que l’on prend beaucoup de plaisir à lire. L’écriture, sous forme de journal, est vraiment appréciable et permet de rentrer dans les méandres de l’esprit de l’héroïne et ses tourments romanesques. On a vraiment envie de ce rendre dans ce château qui est un personnage à part entière. On y retrouve également un petit côté austinien et ce n’est pas un hasard puisque l’auteur à donné le nom de la sœur de Jane Austen à l’héroïne.

Je note toutefois qu’il y a pas mal de longueurs et que tous les personnages de sont pas forcément attachants, à l’instar de Simon , du père de Cassandra ou même de Rose dans la deuxième partie du livre. Par contre j’ai beaucoup aimé Topaze, sa belle-mère assez excentrique. J’ai aussi été un peu déçue par la fin.

Petite anecdote: les dalmatiens de Dodie Smith ont inspiré l’histoire des 101 dalmatiens de Disney.

Le livre a été adapté en film sous le nom de Rose & Cassandra (I Capture the Castle) avec Romola Garai qui incarne Cassandra. Malheureusement, le film est introuvable à part en version original non sous-titrée.

18437864

Voici la bande d’annonce sous-titrée:

Les figures de l’ombre (2017)

573198.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Casting: Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe

Genre: drame, biopic

Résumé:

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. (Source: Allociné)

Mon avis:

Un magnifique film, superbement interprété qui nous parle d’un pan de l’Histoire assez méconnu et dont j’avais déjà eu un petit aperçu dans l’un des épisodes de la série Timeless. Le film reste très actuel dans son propos et il mêle habilement drame et comédie (notamment les allez-retour aux toilettes de Katherine). On ne voit pas le temps passer. Tout le monde à même applaudi à la fin de la séance. Je vous le recommande donc fortement.

Je ne connaissais pas la plupart des actrices, en dehors d’Octavia Spencer que j’avais beaucoup aimée dans La couleur des sentiments. Cela m’a donc permis de découvrir de nouveaux talents.

Le merveilleux jardin secret de Bella Brown (2016)

Le-Merveilleux-Jardin-Secret-de-Bella-Brown

Casting: Jessica Brown Findlay, Tom Wilkinson, Andrew Scott, Jeremy Irvine…

Genre: Drame, Comédie

Résumé:

Bella Brown est une jeune femme pétillante, mais la vie n’est pas tendre avec elle. Alors qu’elle se voit menacée d’expulsion si elle ne s’occupe pas de son jardin totalement laissé à l’abandon, elle fait la connaissance de son riche voisin, Alfie Stephenson, un terrible grincheux qui s’avère être également un horticulteur hors-pair. (Source Allociné)

Mon avis:

Un très joli film qui mêle douceur et poésie. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, les couleurs, l’aspect un peu fantastique et surtout le côté très british. Certes la romance est convenue, mais on passe un très bon moment. Le personnage de Bella suit une évolution intéressante et son amitié naissante avec Alfie est très drôle.

J’ai surtout apprécié de retrouver certains acteurs comme  Jessica Brown Findlay (Downton Abbey), Tom Wilkinson (Indian Palace, Raison et Sentiments…) ou encore Anna Chancellor (Downton Abbey, Orgueil et préjugés (1995) qui joue encore les trouble-fête.

Londres la ténébreuse: la proie et le chasseur (tome 4). Bec McMaster

londres-la-tenebreuse,-tome-4---la-proie-et-le-chasseur-840954

 

Résumé de l’éditeur:

Perry a autrefois fui l’emprise du terrible duc de Moncrieff en se faisant passer pour morte. Sous une nouvelle identité, elle a trouvé refuge au sein de la guilde des Engoulevents, dont le nouveau chef, Garrett Reed, éveille en elle une passion secrète. Mais Perry ne peut échapper éternellement à son passé, qui la rattrape bientôt : de nombreuses jeunes femmes sont retrouvées assassinées, après avoir été sauvagement violentées. Serait-ce l’œuvre de Hague, l’homme de main de Moncrieff, que Perry pensait avoir tué neuf ans plus tôt?

Mon avis:

Je vous avais parlé de la collection Londres la ténébreuse, que j’apprécie énormément, lors de la semaine spéciale Steampunk. J’ai ainsi terminé le dernier tome sorti en français qui s’inscrit dans la lignée des autres et se lit avec plaisir. Ce nouveau tome se base sur un couple qui fonctionne bien, quoique que moins prenant que les précédents. Le suspens est toujours bien présent et l’univers Steampunk est encore bien exploré. On en découvre plus sur l’intrigue principale qui promet d’amener de grands changements dans les prochains romans. Dans ce tome, le passé de Perry confère un aspect beaucoup plus sombre à l’histoire. On regrette toutefois la présence moindre des personnages des anciens tomes qui l’étaient davantage dans les ouvrages précédents. Ce qui ne m’empêche pas d’attendre la suite avec grande hâte…

Free State of Jones

279399.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Casting: Matthew McConaughey, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali…

Genre: Biopic, drame, Guerre

Résumé:

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.  (source: Allociné)

 

Mon avis:

Cela faisait un moment que je souhaitais voir ce film que j’avais loupé au cinéma car il était très peu resté dans les salles et j’ai enfin trouvé un peu de temps pour le faire. C’est un très beau film, émouvant, bien interprété et qui nous renseigne sur un pan de l’Histoire américaine assez méconnu. Les décors sont très bien filmés et les batailles sont très réalistes. Il y a un certain nombre de scènes très violentes, donc à éviter de regarder en mangeant, comme j’ai eu le malheur de le faire. C’est bon pour se couper l’appétit. J’ai noté toutefois qu’il y a un certain nombre de longueurs, qui reste tout de même acceptables. Ce qui m’a le plus gêné ce sont les allez-retour dans le temps qui font parfois perdre le fil de l’histoire. Dans l’ensemble cela reste donc un très bon film.

 

L’atelier des souvenirs (Anne Idoux-Thivet)

51llH80abTL._SY346_

 

Résumé de l’éditeur:

Alice végète depuis trois ans dans le déprimant état de chômeuse surdiplômée, quand elle a l’idée d’animer des ateliers d’écriture dans des maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Elisabeth, Georges, Lucien… : les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres. Au fil des séances d’écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé tout en complotant pour influer sur l’avenir d’Alice.
Un roman sur la solitude et la nostalgie. Sur l’amitié, la tendresse et l’amour, aussi… Lire la suite

Cocaïne et tralala (Kerry Greenwood)

cocaine-et-tralala

Résumé de l’éditeur:

Au cœur des Années folles, Phryne Fisher, jeune aristocrate anglaise au caractère bien trempé, n’en fait qu’à sa tête! Intrépide, exubérante et d’une élégance sans égale, cette « garçonne » ne craint qu’une chose: l’ennui.

Aussi, quand on lui propose de partir en Australie à la recherche d’une riche héritière menacée, y voit-elle l’occasion inespérée de fuir les fastidieuses soirées londoniennes.

Sans une hésitation, la voilà en route, mais dès sa descente de bateau l’attendent faiseurs d’anges, trafiquants de drogue et communistes exaltés…

Toute l’aventure et le danger dont elle rêvait! De cocktails chic en courses-poursuites haletantes, Phryne Fisher mènera sa première enquête tambour battant, pour le plus grand péril des bandits et des cœurs. Lire la suite

Vlogs et littérature

lizziegirls

A l’occasion de la sortie de la saison 3 de The New Adventures of Peter and Wendy et des 5 ans de la diffusion de The Lizzie Bennet Diaries, je voulais vous parler mon intérêt pour les vlogs ou web séries, à savoir les courtes vidéos postées sur Youtube inspirés des romans de la littérature classique qui donnent une version moderne et interactive de ces derniers, puisque les personnages ont leur propre compte sur Facebook et Twitter, ce qui leur permet d’interagir directement avec le public. L’humour y est également omniprésent. Lire la suite

Timeless saison 1 (2016)

13913551_1754613388130866_8358368909196737209_o

Casting: Abigail Spencer, Matt Lanter, Malcolm Barrett…

NBC, (16 épisodes).

Résumé:

Timeless est une série de science fiction qui raconte l’histoire d’un trio composé d’une enseignante en histoire, d’un militaire et d’un scientifique engagés par une agence gouvernementale secrète pour voyager dans le temps afin de stopper un mystérieux personnage qui cherche à changer le cours de l’histoire.

Mon avis:

Dès le premier épisode, nous entrons vraiment dans le vif du sujet avec le trio qui se lance dans la course du voyage dans le temps, sans vraiment prendre la peine de poser les bases de l’histoire et des personnages. Ce qui fait que l’on se sent un peu perdu et donne l’impression que la série se base uniquement sur les scènes d’action. Cela s’enchaîne ensuite avec quelques épisodes qui utilisent le même mode de fonctionnement, ce qui devient un peu ennuyant.

Heureusement, au plus on avance, au plus l’intrigue de développe et l’on commence vraiment à découvrir ce qui se cache derrière ces missions de voyages temporels. Le passé et les secrets des personnages sont aussi plus élaborés. A côté de l’histoire en elle-même, j’ai beaucoup apprécié tous les costumes de la série qui sont très divers grâce aux époques parcourues. On en apprend aussi plus sur l’histoire de l’Amérique, même si elle est quelque peu modifiée.

Je conseille donc cette série, même si les premiers épisodes sont quelques peu bâclés, elle gagne progressivement en intérêt au plus on avance dans l’histoire. J’espère vraiment qu’il y aura une saison 2, malgré les audiences très moyennes, notamment pour les derniers épisodes, car on nous laisse sur notre faim dans l’épisode 16. Réponse en avril.

Si vous aimez Timeless je vous conseille de lire, dans la même veine, la série de livres Time Riders d’Alex Scarrow qui traite aussi de voyages dans le temps avec un trio de jeunes adolescents et dont je vous avais parlée précédemment.

9782092536865

Pour vous servir (Véronique Mougin)

pour-vous-servir

 

Résumé de l’éditeur:

C’est auprès d’un couple d’Écossais amateurs d’art snobs en diable, dans une immense demeure du Luberon, que Françoise et son mari débutent « dans le milieu ». Le milieu : les très-riches ; le métier : gouvernante.

Au gré des années, c’est autant de maisons et de personnalités qu’elle rencontre. Et c’est avec autant de malice que de discernement que Françoise va nous raconter comment elle a servi tout ce que l’Hexagone compte de riches et de puissants : aristocrates raffinés, rentière hystérique, prince arabe polygame, héritière intégriste, industriel survolté, sénateur épicurien…

Ce faisant, elle nous livre les mésaventures réjouissantes et les
psychodrames variés qui rythment le quotidien des grandes maisons, au salon et à l’office. Un roman sur les maîtres du monde et ceux qui les servent, aussi savoureux qu’instructif.

 

Mon avis:

Un roman extrêmement drôle, qui n’est pas sans rappeler Downton Abbey et qui nous donne pleins d’anecdotes croustillantes sur la vie des riches. Malgré quelques longueurs, on passe un bon moment. On se demande, tout de même, comment Françoise a supporté de vivre cette situation de gouvernante pendant tout de ce temps, en étant traitée de la sorte. Je pense qu’il faut vraiment avoir du courage pour le faire. Cela nous donne de la compassion pour les personnes qui font ce genre de travail. On comprend aussi comment la cellule familiale peu rapidement exploser en passant sa vie dans un tel travail. Heureusement que Françoise a gardé son humour tout du long.

Documentation Steampunk

Si vous désirez en savoir plus sur le genre Steampunk, je vous conseille de visiter la principale page Française sur le genre qui vous informe des toutes dernières actualités: French Steampunk .

Pour des idées modes, il n’y rien de mieux que de ce rendre sur Pinterest qui donne de très nombreux exemples.

Côté littérature, il existe un certain nombre de guides qui vous parlent en détail de l’histoire, de la mode, de la littérature… Et qui sont de très bonne qualité.

Voici ceux que je possède:

Le premier possède, en autre, de très belles photos en plus de l’histoire du genre et le second à l’avantage d’être en format poche donc plus pratique à transporter et surtout à un coût plus raisonnable. Il n’y a cependant pas de photos à l’intérieur.

Voici d’autres guides qui existent sur le marché et qui sont très bien fournis:

Gigi (1958)

critique-gigi-minnelli1

Casting: Leslie Caron, Maurice Chevalier, Louis Jourdan…

Comédie musicale, Romance

Résumé:

A Paris, la Belle Époque, La jeune Gigi, élevée par sa grand-mère, Madame Alvarez, et sa grande tante, est destinée à la vie de demi-mondaine. Particulièrement espiègle et charmante, elle trouble le riche et élégant Gaston Lachaille qui rend souvent visite aux deux vieilles dames.

 

Mon avis:

Je suis tombée sur ce film, que je ne connaissais pas, totalement par hasard en parcourant le programme télévisé. Adepte de comédie musicale et de vieux films, je n’ai pas pu m’empêcher de le regarder. Et je n’ai pas été déçue. Les acteurs sont bien choisis. Les personnages sont drôles et attachants, même si Gaston est un peu agaçant parfois. La romance est évidente, mais plutôt bien tournée.

Les chansons sont agréables à écouter. J’ai noté et je ne sais pas si c’est un hasard ou non, que la première chanson que chante Gaston ressemble étrangement à celle de Gaston dans la Belle et la Bête.

J’ai également bien aimé les intermèdes de Maurice Chevalier qui est un excellent compteur.

Les décors et la mise en scène sont réussis. J’ai adoré les costumes, surtout ceux de Gigi. Je vous en donne un aperçu ci-dessous.

Donc, c’est un bon film pour se détendre, simple, mais efficace.

gigi-plaidgigigigi-1-660x330images

Les séries Steampunk

Comme pour les films, les séries utilisant le genre Steampunk sont assez peu nombreuses et ne l’emploient, là non plus, pas en totalité. Je ne vais donc pas faire de classements, mais vous présenter les séries que je regarde et ce que l’on peut trouver sur la toile.

Doctor Who:

Je n’ai cependant aucun doute quant à ma série n°1 qui est Doctor Who et où l’on retrouve de nombreux éléments Steampunk. Tout d’abord, avec le Tardis et le tournevis supersonic du Docteur. Mais aussi avec les ennemis du docteur comme les daleks, les cybermen… De même avec K-9. Clara a également porté des tenues qui se rapprochaient du style.

doctor_who_-_current_titlecard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Warehouse 13:

warehouse-13

Ensuite, la série Warehouse 13 est aussi très versée dans le Steampunk comme le démontre les nombreux gadgets des héros tels que le pistolet tesla, le clavier, les goggles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

The Librairians:

q9g6l0ij81o-market_maxres

Enfin et même si c’est beaucoup moins visible, la série The Librairians (Flynn Carson et les nouveaux aventuriers dont je vous ai fait la critique pour la saison 3, utilise occasionnellement des objets Steampunk, essentiellement Ezekiel.

ezekiel

 

 

Notons également que certaines séries qui n’ont aucun rapport avec le Steampunk, y font parfois référence lors d’un épisode. C’est le cas de Castle.

indexhjj

A venir: Time After Time:

493913

Cette nouvelle série, Inspiré du roman de H.G Wells La Machine à explorer le temps et de l’adaptation « C’était demain » (1980) avec Malcolm McDowell, prévue pour le 5 mars sur ABC, reprend le personnage d’H. G. Wells qui présente à ses amis une nouvelle invention: la machine à remonter le temps.  Mais Jack l’éventreur qui s’est glissé dans l’assistance, profite d’un moment d’inattention pour se propulser à Manhattan à notre époque… Cette série comptera pour le moment 13 épisodes.

Au vu des premiers extraits que vous pouvez voir ci-dessous, on remarque rapidement que la série peut toute à fait s’inscrire dans l’esthétique Steampunk. Donc affaire à suivre…

 

 

On m’a également parlée récemment de la série d’anime Last Exile (2003) de 26 épisodes qui a l’air tout à fait intéressante dans l’aspect Steampunk.

indexhhj

last-exile-02

Résumé de la série: Dans un monde semblable à notre 19e siècle mais plus technologiquement avancé, Claus Valca et Lavie Head sont orphelins. Cette enfance les a conduit a marcher dans les traces de leurs pères respectifs, pilotes d’un type d’avion biplace appelé Vanship, prenant place dans la communauté des messagers volants et participant aux courses aériennes.

Ils se retrouvent accidentellement embarqués sur une mission très difficile qui va les emmener sur un navire très redouté (le Silverna) au beau milieu d’une guerre. De là, leur vie change et leur rêve se retrouve à leur portée : traverser le « Grand Stream », fantastique tornade permanente qui a emporté leurs pères. Mais pour cela, ils devront faire face à la Guilde, censée garantir les règles chevaleresques des combats dans le monde, et vaincre leur peur du plus terrifiant capitaine de vaisseau. (source: Nautiljon).

 

 

Parmi les autres séries Steampunk que je n’ai pas vu, il est cité notamment: The Secret adventures of Jules Verne (2000), Penny Dreadful (2014), Les enquêtes de Murdoch (2008), Sanctuary (2008), Full Metal Alchemist (2009), Steampunk’D (2015), Dracula (2013)…

Mon top livres Steampunk

Depuis quelques années les livres Steampunk se font de plus en plus de place sur les rayons des librairies et brassent un grand mélange des genres. Je vous propose donc ici mes coups de cœur Steampunk.

Voici les 10 séries et livres Steampunk que je préfère:

10

Stormdancer (Jay Kristoff) (3 tomes)

1409-lotus1_org

Résumé de l’éditeur: On disait éteinte la race des griffons, ces créatures mythiques menées par les danseurs d’orage. Pourtant, Yukiko et son père reçoivent l’ordre d’en capturer un pour le cruel shogun des îles de Shima. Contre toute attente, ils y parviennent, mais Yukiko se retrouve perdue dans une forêt sauvage, avec pour seule compagnie un griffon mutilé qu’elle nomme Buruu. Unis dans l’adversité, la jeune fille et l’animal s’entraident. Yukiko serait-elle la véritable danseuse d’orage, ultime espoir du peuple ?

Je n’ai pour l’instant lu que le tome 1, mais j’ai beaucoup aimé le mélange entre le japon médiéval et l’univers Steampunk qui s’accordent très bien. Je conseille de le lire en livre papier car il faut souvent se reporter au glossaire à la fin de l’ouvrage.

9

 Les enquêtes extraordinaires de Newbury & Hobbes: Les revenants de Whitechapel (George Mann)

Mise en page 1

Résumé de l’éditeur: Bienvenue dans un Londres étrange et merveilleux, une métropole en plein bouleversement. Ses habitants, quotidiennement éblouis par un déluge d’inventions, inaugurent une ère technologique nouvelle. Les aéronefs traversent le ciel de la ville tandis que des trains de surface parcourent ses rues et que des automates mettent leurs engrenages au service d’avocats ou de policiers. Mais levernis brillant du progrès dissimule une face sombre, car cet univers voit aussi des policiers fantômes hanter les ruelles de Whitechapel. Sir Maurice Newbury, Investigateur de la Couronne, oeuvre donc sans répit à protéger l’Empire de ses ennemis. Le jour où un dirigeable s’écrase dans des circonstances suspectes, sir Newbury et miss Veronica Hobbes, sa jeune assistante, sont appelés à enquêter tandis qu’une série d’effroyables meurtres met en échec les efforts de Scotland Yard, et qu’un épouvantable fléau ravage les quartiers pauvres. Ainsi débute, en une aventure qui ne ressemble à aucune autre, le premier volume des Enquêtes Extraordinaires de Newbury & Hobbes.

J’ai bien aimé l’enquête et l’alchimie entre les deux personnages principaux. Dommage qu’il n’y ait pas de suite. L’univers Steampunk est très bien décrit.

8

Emma Bannon & Archibald Clarke: Le mystère du Drake mécaniste (Lilith Saintcrow) (3 Tome)

livre-le-mystere-du-drake-mecaniste-834-1

Résumé de l’éditeur: Emma Bannon, sorcière au service de l’Empire, a pour mission de protéger Archibald Clare, le dernier mentath non répertorié vivant, la nouvelle cible d’un tueur en série qui s’en prend aux plus grands génies de Londres. D’ailleurs, ils se tolèrent à peine, et le fait que le protecteur de Bannon, Mikal, peut être lui-même un traître, ne les aide pas non plus. Sans compter que le complot est tout aussi prêt à les tuer eux qu’à les inciter à trahir leur Reine et leur pays.

Dans la lignée, du numéro 9, seul le premier tome a malheureusement été traduit.

7

R.O.S.E: L’Embaumeur de Montmartre (Fleur Hana)

cvt_rose-lembaumeur-de-montmartre_6080

Résumé de l’éditeur: Quand Lord Spencer Fitzwilliam arrive à Paris pour résoudre une affaire de meurtre, il s’imagine expédier rapidement cette corvée. C’est sans compter Rosaline Leprince et son engin diabolique plus communément appelé bicyclette. Ce qui aurait dû être une mission en solo devient le pire cauchemar de l’anglais. Il en viendrait à se demander si un tête-à-tête avec la créature tueuse de danseuses de cabaret ne vaut pas mieux que la compagnie de la parisienne excentrique… Suivez une enquête en plein Paris du XIX° siècle, saupoudrée d’un zest de Steampunk..

Ce court roman ce lit vraiment d’une traite. L’héroïne est attachante et l’univers très intéressant. Le fait que l’histoire se passe à Paris est vraiment un plus.

6

Levithan ( Scott Westerfeld) (3 tomes)

cvt_leviathan-tome-1_3669

Résumé de l’éditeur: 1914. Aventures et histoire d’amour dans une Europe réinventée.
À l’aube de la Première Guerre mondiale. D’un côté, les darwinistes (Anglais, Français), adeptes du tout biologique et rois de la manipulation génétique. De l’autre, la civilisation ultra-mécanique, les clankers (Allemands, Autrichiens.) La guerre éclate avec l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand. Alek, son fils, menacé lui-aussi de mort, prend la fuite sur un robot de combat bipède bardé de mitrailleuses. Il réussit à rejoindre la Suisse et se cache dans un vieux château en ruines. Pendant ce temps, la jeune Écossaise Deryn Sharp, orpheline, s’habille en garçon et se fait engager dans l’Air Service (forces aériennes britanniques.) Après un premier vol d’essai mouvementé aux commandes d’une méduse volante, elle rejoint l’équipage du Léviathan, sorte de baleine géante gonflée à l’hydrogène. À son bord, un chargement biologique, classé secret défense. Ils volent vers Constantinople, mais les Allemands les attaquent et le Léviathan s’écrase dans les Alpes. C’est là que Deryn, toujours déguisée en homme, fait la rencontre explosive d’Alek…

Je n’ai pour l’instant lu que le premier tome, mais j’ai vraiment hâte de lire la suite. L’univers Steampunk est ici lié à celui de la Première Guerre Mondiale. J’ai bien aimé la réutilisation de la théorie de Darwin et le suspense tout au long du roman.

5

Steampunk Chronicles (Kady Cross) (4 tomes)

steampunk-chronicles-tome-1-l-etrange-pouvoir-de-finley-jayne-189797

Résumé de l’éditeur: Londres 1897, âge des automates pensants et du Dr Jekyll… Finley Jayne, 16 ans, a un sacré problème : depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle ! Et son côté sombre tout à la fois l’effraie et lui joue des tours. Que lui arrive-t-il ? A qui peut-elle en parler ? Et d’où lui viennent soudain cette force et ces colères extraordinaires ? Une nuit, alors qu’elle vient d’administrer une correction à un jeune lord qui tentait d’abuser d’elle, elle fuit à toute vitesse sur son vélo et… percute de plein fouet Griffin, Duc de Greythorne, qui la ramène à son manoir pour la soigner. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la lancer dans de folles péripéties : Griffin et son petit groupe d’amis aux pouvoirs prodigieux sont en effet à la recherche du dangereux Machiniste, un inventeur mégalo assisté d’une armée d’automates, qui brigue la couronne d’Angleterre…

J’ai vraiment aimé les deux premiers tomes. Malheureusement, les deux derniers n’ont pas été traduits en français donc je les lirai en anglais quand j’aurai du temps car mon anglais n’est pas très bon.

La double personnalité de Finley Jane est très intéressante. J’ai beaucoup accroché à l’ensemble des personnages et à leurs histoires respectives.

4

Le protectorat de l’ombrelle (Cail Carriger) (5 livres)

le-protectorat-de-l-ombrelle-une-aventure-d-alexia-tarabotti-tome-1-sans-me-550282-264-432

Résumé de l’éditeur: Londres 1897, âge des automates pensants et du Dr Jekyll… Finley Jayne, 16 ans, a un sacré problème : depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle ! Et son côté sombre tout à la fois l’effraie et lui joue des tours. Que lui arrive-t-il ? A qui peut-elle en parler ? Et d’où lui viennent soudain cette force et ces colères extraordinaires ? Une nuit, alors qu’elle vient d’administrer une correction à un jeune lord qui tentait d’abuser d’elle, elle fuit à toute vitesse sur son vélo et… percute de plein fouet Griffin, Duc de Greythorne, qui la ramène à son manoir pour la soigner. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la lancer dans de folles péripéties : Griffin et son petit groupe d’amis aux pouvoirs prodigieux sont en effet à la recherche du dangereux Machiniste, un inventeur mégalo assisté d’une armée d’automates, qui brigue la couronne d’Angleterre…

J’ai pour l’instant lu les deux premiers tomes. J’adore le personnage d’Alexia Tarabotti et sa relation avec Lord Maccon. L’humour est omniprésent et le style d’écriture est vraiment génial qui est tout à fait en accord avec la personnalité de l’héroïne.

Les livres existent aussi sous forme de mangas, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jeter un coup d’œil.

sans-ame_t01

Les autres collections Steampunk de l’auteur que je n’ai pas encore lu

3

Victoria Fantasy (Georgia Caldera)

victorian-fantasy-tome-1-dentelle-et-necromancie-466480-264-432

Résumé de l’éditeur: D’aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d’une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s’y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s’envoler. C’est alors qu’une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d’une main de fer. Et, une requête royale ne se refuse pas… à moins de souhaiter perdre la tête. Sa découverte du monde commence, très loin de ce qu’elle imaginait. La cour est pleine de danger, de rumeurs et de règles qu’elle ne maîtrise pas. Mais sa plus grande erreur est de succomber au regard aussi noir que la nuit de lord Thadeus Blackmorgan…

Ce premier tome est vraiment passionnant, impossible à lâcher du début à la fin et son auteure, que j’ai eu la chance de rencontrer au dernier Salon du livre à Paris est vraiment adorable.

Le tome 2 est prévu pour le 29 mars

victorian-fantasy-tome-2-de-velours-et-d-acier-867363

2

Londres la Ténébreuse (Bec McMaster) (4 tomes, les autres sont en cours de traduction)

51rrynupxcl-_sx307_bo1204203200_

Résumé de l’éditeur: Sans le sou, en charge de ses petits frère et soeur, Honoria Todd s’installe à Whitechapel, où elle espère échapper au terrible lord Vickers. Mais dans cet obscur quartier de Londres, où peu de personnes se risquent, les bandits règnent en maîtres. Et trouver refuge en ce lieu pourrait tout aussi bien jeter Honoria entre les mains du légendaire et redoutable Blade. Ce sang bleu renégat est l’ennemi juré de Vickers. Quand Blade propose justement à Honoria un marché, cette dernière accepte, en échange de sa protection. Mais à ses yeux, est-elle un instrument de vengeance contre Vickers ou sa seule chance de rédemption ?

J’adore l’univers qu’a créée l’auteur et j’attends à chaque fois impatiemment la sortie de chaque nouveau tome qui mêle romance, suspense et Steampunk. Je suis actuellement en train de lire le 4ème tome.

1

New Victoria (Lia Habel) (2 Tomes)

new-victoria-l-integrale-396723-264-432

2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

Sans conteste ma série préférée. Cette fois-ci on part dans le futur. L’univers est génial, des zombies, de la romance et du Steampunk. ça fonctionne parfaitement.

Pour plus de lectures, je vous conseille de jeter un coup d’œil à la longue des liste des œuvres Steampunk présentée sur Babelio. Vous pouvez aussi trouver de l’inspiration auprès de la maison d’édition Bragelonne qui sort régulièrement des livres Steampunk, notamment lors du Mois du cuivre qui se déroule actuellement.

Mon top films Steampunk

TOP STEAMPUNK

Il n’y a pas vraiment de films qui utilisent à 100% l’esthétique Steampunk, à part, peut-être Sucker Punk (que je n’ai pas vu), mais la plupart du temps, ce sont plutôt des éléments du genre que l’on retrouve, notamment au niveau des machines ou des accessoires utilisés.

Je ne vais pas vous faire une liste ici de tous les films sur le sujet, mais je vais plutôt évoquer ceux que j’ai le plus aimé.

Mon top 1:

Le château ambulant :

7c5ad84372dae75149fef03240a7a1c5

Je suis une fan inconditionnée de l’œuvre de Miyazaki et des studios Ghibli et cet anime est sans conteste mon préféré. Et sans aucun doute, il entre parfaitement dans le thème Steampunk. Tout d’abord, à travers, le personnage principal qui est le château lui même avec ses pièces assemblées laborieusement les unes aux autres, ses rouages mais aussi les échappements de vapeur. A cela s’ajoute les tenues des personnages, les dirigeables…

 

Mon top 2:

Le château dans le ciel:

affiche

Dans la veine du Château ambulant, nous avons ici aussi de bonnes références au Steampunk, surtout grâce au thème principal qui est l’aviation avec les nombreux dirigeables, mais aussi avec les robots, les irongolems et surtout avec ce château volant qui est là aussi le personnage central de l’anime.

 On note également côté animes, le film Steamboy, que je n’ai pas eu encore l’occasion de voir, mais qui mais également en avant la technologie Steampunk.

Top 3:

Wild Wild West:

19021919

C’est le premier film que j’ai vu qui mettait en avant le style steampunk que ce soit au niveau de la mécanique, mais aussi au niveau des costumes.

 

Voici un diaporama d’autres films mettant en avant le genre Steampunk:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nuage bleu sur ciel de craie de Marie-Martine Muller

9782258136199

 

Résumé de l’éditeur:

Dans les années 1950, un ancien GI hérite d’un vaste domaine en pleine campagne normande. Et bientôt d’un cadavre…
Pour les beaux yeux de deux jolies Rouennaises, Bayard mène l’enquête et décode, en parallèle, les moeurs des habitants de sa pittoresque terre élective.
Par un nouvel auteur aux Presses de la Cité.
Alice et Lana. Duo inséparable que la guerre et les privations ont lié depuis l’enfance. En ce début des années 1950, la présence des GI’s embrase la vie locale. Ce qui fait le bonheur de la douce Alice qui tient le Snack Bar à Rouen et de l’irrésistible Lana, experte en charme et marché noir.
Parmi les soldats, il y a Bayard SaintMartin. Enfant des bayous, il ne s’attendait pas à hériter un jour d’une vaste ferme normande. Encore moins d’un cadavre… Pour les beaux yeux d’Alice et de Lana, et par amour pour cette terre pittoresque qui deviendra sienne, Bayard, le bien-nommé, va mener son enquête. Remontent alors en lui les souvenirs douloureux de sa jeunesse en Louisiane, auxquels se mêlent bientôt les remugles des années noires de l’Occupation…

 

Mon avis:

Tout d’abord, merci à Babelio et aux Presses de la cité pour m’avoir permis de lire cet ouvrage pendant la Masse critique. J’ai choisi ce livre car j’étais assez intéressée par la période historique, mais j’avoue avoir été assez déçue puisque qu’en dehors de la mise en place de la consommation de masse américaine, rien d’historique n’est vraiment relaté que ce soit sur la France ou la région natale de Bayard. Le reste de l’histoire n’est pas non plus très intéressant. Tout le roman est assez confus. le fait de passer d’une langue à l’autre n’arrange pas la situation.
On nous annonce une enquête importante, qui est en fait reléguée au second plan et qui n’a finalement aucun intérêt. Il n’y a aucun suspens.
L’un des autres problèmes est que l’auteur lance l’histoire dans un sens pendant la moitié du roman, puis change brutalement d’orientation, ce qui nous perd totalement.
Le seul élément plaisant reste peut être le côté un peu huit clos du village où se rend le héro.

Je ne vous recommande donc pas cette lecture.

Le tour du monde en 80 jours (Jules Verne)

48309705

Résumé de l’éditeur:

Phileas Fogg est un homme d’une ponctualité infaillible. Ce Londonien discret et fortuné a un emploi du temps immuable. On ne lui connaît qu’une occupation, le Reform-Club, et qu’un seul vice, le whist ! Ce portrait aurait pu en décourager plus d’un. Pas Jean Passe-Partout, son nouveau domestique français : enfin un maître sans histoire.
Mais, le jour même où il l’engage, Fogg parie qu’il réalisera le tour du monde en quatre-vingts jours pour prouver la véracité des calculs du Morning Chronicle ! Rendez-vous est pris. Toute l’Angleterre se passionne pour les exploits de ce gentleman. L’inspecteur Fix aussi, mais pour d’autres raisons : vingt mille livres sterling viennent d’être dérobées à la Bank of England et la description du voleur correspond à celle de Phileas Fogg.
Mais que ce soit en paquebot, en train, en yacht, en traîneau ou même à dos d’éléphant, notre duo fera tout pour revenir triomphant à Londres !

 

Mon avis:

J’ai récemment fait un stage en bibliothèque et j’ai demandé à l’une de mes collègues comment elle trouvait le temps de lire autant de livres. Il s’avère qu’elle écoute pas mal de livres audios qui sont en effet plus pratiques lorsque l’on est en déplacement. J’ai donc décidé de m’y mettre aussi, afin d’écouter les livres classiques que je n’ai pas encore lu et qui sont accessibles gratuitement.

J’ai donc commencé par Le tour du monde en 80 jours que j’ai tout simplement adoré. D’une part, à cause de ses personnages atypiques, notamment Phileas Fogg imperturbable en toutes situations et Passepartout. D’autre part, pour la précision des détails sur les transports et les trajets de l’époque. Mais aussi pour l’humour omniprésent et enfin, pour le suspens qui nous tiens en haleine tout au long de l’histoire pour savoir si Phileas va réussir son pari ou non.

Tous en scène (2016)

031796

Résumé:

Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.

(source: Allociné)

 

Mon avis :

Je continue dans la lignée des films musicaux après ma critique de La La Land, avec Tous en Scène. Nous sommes cependant ici dans un registre musical très différent qui mêle habillement musique actuelle, tubes classiques, avec bien sûr les classiques de Broadway, dont je suis absolument fan. Tous les personnages sont aussi attachants les uns que les autres. Mention spéciale à Rosita avec ses « très » nombreux enfants et son coéquipier, Gunter. L’ensemble du dessin animé se suit avec entrain et n’est pas sans rappeler à certains moments, Zootopia pour lequel j’ai tout de même une large préférence. Le film est drôle et frais. En bref, on passe un très bon moment et on ne voit pas le temps passer. Le seul petit reproche que je pourrais faire, c’est au niveau des doublages, qui comme à chaque fois que des personnes célèbres sont choisies, donnent l’impression de les avoir devant nous, au lieu des personnages de l’histoire. Je parle surtout de Patrick Bruel qui n’a fait aucun effort pour modifier sa voix. Quand aux interprètes des chansons, ils sont vraiment géniaux.

Je vous recommande donc d’aller le voir si ce n’est pas déjà fait.

L’honneur d’une viking d’Anna Lyra

9782280364935

Résumé de l’éditeur:

             Îles des Orcades, IXe siècle. Dans la chambre austère où elle se remet doucement de ses blessures, Inga couve une sombre colère. Comment son frère d’armes a-t-il pu s’en prendre à elle en pleine expédition ? Bien sûr, en tant que guerrière et fille illégitime du yarl, le chef viking, elle a toujours été la cible d’une certaine hostilité au sein du clan. Mais rien ne l’avait préparée à une telle trahison ! Laissée pour morte dans un monastère ennemi, elle a été miraculeusement recueillie par un Picte vivant parmi les moines. Un homme solitaire et ombrageux, étrangement intrigant, qui tient à présent sa vie entre ses mains. Inga ignore ce qu’il compte faire d’elle, mais une chose est sûre : dès qu’elle sera rétablie, elle trouvera un moyen de s’enfuir pour rejoindre son clan. Alors, elle réclamera justice ! Dans le décor fascinant des colonies vikings du IXe siècle, Anna Lyra tisse une passion intense et subtile entre deux êtres qui n’auraient jamais dû se rencontrer.A propos de l’auteur :Passionnée d’Histoire et de belles histoires, Anna Lyra vit en Provence avec son mari. L’écriture, elle la vit depuis qu’elle sait tenir un crayon : elle a remporté son premier prix littéraire à 12 ans, a été publiée à 17 ans. Sa passion ? Explorer les émotions humaines. Sa plume pétillante nous emporte dans un tourbillon de romance, d’Histoire, d’aventure, avec une petite touche d’humour.

 

Mon avis:

           La couverture de ce livre m’a tout de suite attirée et m’a donnée envie de le lire, d’autant plus que c’est une période que je n’ai pas beaucoup étudiée pendant mes cours à la fac. En effet, j’ai un master d’Histoire et Archéologie médiévale et ancienne, mais mes profs n’ont jamais eu un grand intérêt pour les Vikings. Certes, vous allez me dire que ce n’est pas dans un roman Harlequin que je vais parfaire mes connaissances en Histoire et de toute façon ce type de livre n’est pas là pour ça, mais surtout pour se détendre. Pourtant, on note justement ici que l’auteure s’est très bien documentée et cite ses sources en fin d’ouvrage. On le remarque aussi bien tout au long du roman par la précision des détails, ce qui est un vrai plus. Vous l’avez donc compris, j’ai aimé ce livre pour sa réalité historique, mais également pour ses héros attachants, l’intrigue qui est très bien construite avec une bonne dose d’action et une histoire d’amour classique comme on les aime.

Je vous recommande donc ce court roman qui se lit en une traite.

Je voulais juste vivre

yeonmi_parkhd

Résumé de l’éditeur:

Yeonmi a 13 ans, sa courte vie est déjà marquée par le désespoir. Elle n’a qu’une solution : fuir son pays, la Corée du Nord. Elle ne se doute pas que le chemin vers la liberté va l’entraîner en enfer… Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs : la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable et le risque permanent d’être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n’est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d’épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud. À 22 ans, Yeonmi est désormais une combattante : c’est l’une des plus influentes dissidentes nord-coréennes et une activiste reconnue des droits de l’homme.
 » L’une des histoires les plus déchirantes, et des plus inspirantes, que j’ai jamais lues. On ne peut plus l’oublier.  » The Bookseller

Mon avis :

Portant beaucoup d’intérêt à la culture coréenne et à son Histoire, je ne pouvais passer à côté de cet ouvrage qui a été bien mis en avant au  dernier Salon du livre de Paris avec la Corée comme pays à l’honneur. J’ai eu l’occasion de lire un certains nombre d’ouvrages sur l’Histoire de la Corée, notamment ceux de Pascal Dayez Burgeon qui en est le principal auteur Français, mais qui reste la plupart du temps assez général dans ces propos, notamment pour la partie Nord. C’est pourquoi, je souhaitais pour une fois avoir un avis intérieur et connaître le vécu de ses personnes qui tentent de fuir la Corée du Nord.

Je peux vous dire que je n’ai pas du tout été déçue. C’est un livre absolument bouleversant qui nous décrit avec justesse le quotidien de Yeonmi et sa famille dans l’une des dictatures les plus radicales du monde. Je ne peux qu’être admirative devant le courage de cette coréenne de mon âge qui a du endurer tant de souffrances pour pouvoir s’en sortir, et ce même en Corée du Sud où les Nord Coréens sont encore très mal perçus.

J’en ai beaucoup appris sur le quotidien en Corée du Nord et le trafic effectué en Chine avec les Nord Coréen et qui est totalement dissimulé afin que les Chinois se remplissent les poches et violent les femmes comme marchandage, au détriment de centaines de personnes qui ne cherchent qu’à avoir une vie meilleure. Trafic qui se poursuit en Mongolie où le mauvais climat joue aussi une part importante dans la grande partie des réfugiés qui décèdent avant d’atteindre le sud.

C’est un livre dont on ne sort pas indemne et que je vous conseille vraiment de lire.

Yeonmi Park fait aujourd’hui part de son expérience à travers le monde pour dénoncer la dictature Nord Coréenne. Vous pouvez en voir une vidéo ci-dessous.

Un intérêt particulier pour les morts d’Ann Granger

9782264058737

Résumé de l’éditeur:

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis.
Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu.
Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé.
Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.

Mon avis:

 Étant une grande adepte de la période victorienne, je me suis lancée dans ce premier tome avec grand enthousiasme et je n’ai pas été déçu puisqu’il s’est révélé très intéressant, qui permet de découvrir les personnages. L’enquête utilise des ficelles un peu simples , mais l’histoire reste assez réaliste, ce qui permet de se plonger agréablement dans l’ambiance londonienne de l’époque avec moult détails sur les décors. L’héroïne est attachante. On sent bien qu’un futur rapprochement se fera avec Benjamin Ross.

C’est donc un ouvrage qui se lit plaisir et donne envie de connaître la suite sachant que l’auteur a écrit plusieurs suites.